Fashion Week

Eloge de la féminité chez Chloé

Pour son défilé automne-hiver 2020-2021, la Maison Chloé célèbre la grâce. Intitulé “If you Listen Carefully…I’ll Show You How To Dance”, le défilé fait l'éloge de la féminité.
Reading time 3 minutes

La collection : Des femmes, pareilles à des nymphes, déambulent. La féminité est célébrée par le prisme d'un casting de mannequins toutes différentes, mais dont la diversité forme une force commune. Puisque ces complexités secrètes rejettent les limites de la définition classique d'une beauté unique. Sur leur peau, des vêtements qui leur confèrent à chacune davantage de stature encore. La collection autome-hiver 2020-2021 comprend d'ailleurs une série de vêtements et accessoires de prêt-à-porter, présentant des œuvres d'art originales des années 1990 des archives de la peintre Rita Ackermann. L'ensemble de ces peintures figuratives mixtes explorent la féminité et l'abstraction. Ensuite, une palette colorée s'impose. Des tons de bruyère, d'ocre, de châtaignier, de bleus poussiéreux et de terre de Sienne brûlée se révèlent au fil des passages. Les premières silhouettes reprennent les codes d'une garde-robe masculine, avant de se fluidifier. Costume ample évasé, robe chemise, denim large, vestes de chasse, puis cols en perles, points de croix ou broderies anglaises flirtent les uns avec les autres. Pour parer ces femmes déesses, d'intrigants accessoires, marqués par la patine du temps, s'invitent. Cordes de perles d'agate, délicates feuilles et branches martelées, boucles d'oreille, bracelets en émail ou tours de poignets en résine subliment tout en subtilité le corps.

L'ambiance : Dès l'arrivée, les convives sont plongés dans une ambiance sonore intrigante. Une voix singulière, celle de Marianne Faithfull, résonne par le prisme d'une bande originale de créations orales. Enregistrée à Londres et accompagnée par composition inédite de Jackson, la britannique lit des extraits d'une suite d'œuvres classiques signées Louisa May Alcott, Lord Byron, F. Scott Fitzgerald, Frances Ellen Watkins Harper, Christina Rossetti, ou encore William Butler Yeats. En parallèle de ce fond sonore, l'espace du Grand Palais accueillant la fashion sphère se voit transformé. Au centre du podium, une installation de sculptures de l'artiste française Marion Verboom. Intitulées "Tectonies", cinq colonnes d'or, dévoilant une légère patine vieillie, ont été conçues trônent tels des totems enchantés. À y regarder de plus près, les détails ornementaux attirent l'œil : éléments gréco-romains sont combinés avec les complexités schématiques de la nature. Des fleurs Art déco à la pomme de pin, en passant par des représentations de ruche ou d'utérus humain. Une synergie ambiante qui transporte dans l'univers féminin propre à la Maison Chloé.

/

Articles associés

Recommandé pour vous