Mode

Que vaut "Making The Cut", l’émission mode la plus attendue de l’année ?

Avec au casting de son jury, des grands noms de la mode comme Naomi Campbell, Carine Roitfeld ou encore Joseph Altuzarra aux côtés d’Heidi Klum et Tim Gunn, le duo phare à la présentation, "Making The Cut" était annoncé comme le reality-show mode le plus attendu de 2020. Avec deux premiers épisodes diffusés le 27 mars dernier sur Amazon Prime Vidéo, que vaut réellement l’émission ?
Reading time 5 minutes
© Amazon Prime

Le 27 mars dernier, Amazon Prime donnait le coup d’envoi de Making The Cut, son émission mode façon Project Runway version 2020, et diffusait ses deux premiers épisodes, avec le duo emblématique Heidi Klum et Tim Gunn à la présentation.  Le principe ? 12 créateurs venus du monde entier s'affrontent à coup de créations pour remporter 1 million de dollars et la chance de voir sa collection vendue sur Amazon.

Chaque épisode s’articule ainsi autour d’un mini-défilé organisé dans des lieux symboliques (La Tour Eiffel, le Musée des Arts Décoratifs etc.), au cours duquel les candidats doivent présenter deux créations en respectant un thème donné (la haute couture par exemple). Chacune d'elles doit être déclinée en version podium, et version "accessible." En marge du défilé, les juges délibèrent, discutent avec les créateurs dont ils n’auraient pas compris le message, et annoncent qui sont les grands gagnants et perdant de l’épreuve. En plus de se démarquer aux yeux du jury, les gagnants voient leur création la plus appréciée directement mise en vente sur l’e-shop mode d’Amazon. Et s’ils sont vraiment bons, certains peuvent même avoir la chance de bénéficier d’une parution dans CR Fashion Book, le magazine biannuel de Carine Roitfeld. Une recette qui envoie du lourd sur le papier... et qui pourtant ne prend qu'à moitié.

 

Une formule un brin réchauffée

Si le rythme du show est plutôt bien agencé – avec quelques scènes sur jouées par Heidi Klum et Tim Gunn –, les accents "télé-réalité" se font trop ressentir. En clair, à chaque épisode son mélodrame. Qui finalement n’en est pas un puisque c’est ce qui aura poussé le créateur qui en est victime à se dépasser. Un brin réchauffé, dites-vous ?
 


 


Un jury trop dur

Il aura donc fallu attendre le deuxième épisode de Making The Cut pour commencer à en apprécier son fonctionnement… et surtout, son jury. Alors que ce dernier, composé de noms emblématiques de la mode – Naomi Campbell, Nicole Richie, Carine Roitfeld et Joseph Altuzarra -, était supposé fasciner, dès le premier épisode du show, il s’est plutôt montré imbuvable. Faisant preuve d’un manque d’empathie déconcertant, il n’hésite ainsi pas à descendre en flèche le travail de certains candidats, ayant passé plusieurs heures sur leur création. Au point de parfois même se montrer humiliant. Un fait sans doute lié à la façon dont les éliminations sont tenues : candidats et jury sont tous réunis dans l’atelier de création pour délibérer. C’est donc devant cette audience que les éliminés voient leur travail critiqué sans pincette. La seule à se montrer bienveillante, dans les bonnes et mauvaises critiques ? Naomi Campbell, qui prend le temps d’argumenter ses décisions au delà du simple "Je n’ai pas du tout aimé ta robe." Un jury qui se montre très dur envers ses candidats donc, probablement car le but ultime de l’émission est de trouver le créateur qui arrivera à vendre ses collections, tout en faisant preuve de créativité. Et à ce niveau, au bout des deux premiers épisodes, une candidate se démarque déjà. Tout comme le seul et unique participant belge : Sander. Diplômé de l’Académie d’Anvers, il est le plus jeune de la compétition. De quoi nous réconcilier avec le show lorsque l’on voit les étapes de confections de ses créations, dont la patte belge est inégalée.

Making The Cut, deux nouveaux épisodes tous les vendredis sur Amazon Prime.

making the cut

Articles associés

Recommandé pour vous