Beauté

Louis Vuitton se lance dans la haute parfumerie avec un flacon collector signé Frank Gehry

Après une collection de parfums déjà très pointus qui ne cesse de s’étendre, Louis Vuitton se lance dans l’aventure très particulière de la haute parfumerie, avec aux commandes le nez de la maison Jacques Cavallier Belletrud, et l’architecte Frank Gehry, à qui l’on doit déjà le design futuriste de la Fondation Louis Vuitton.
Reading time 4 minutes
© Florian Joy

Louis Vuitton continue d’imposer sa force sur le marché de la parfumerie. Alors que la maison dévoile toujours plus de fragrances iconiques, elle se lance aujourd’hui dans la haute parfumerie, avec une collection très exclusive baptisée "Les Extraits". Puisque ces jus iconiques sont à la parfumerie ce que la haute couture est à la mode, il fallait miser pour cette collection composée de 5 parfums pour son lancement, sur des personnalités phares de la maison au Monogram. Côté jus, on retrouve ainsi le nez Jacques Cavallier Belletrud, qui a voulu déconstruire la composition du parfum classique : "J’ai voulu aller là où plus personne ne va. Réinventer la notion d’extrait en étant contemporain. Mettre de la lumière, étirer la matière, alléger. Déstructurer l’architecture même du parfum. C’est ainsi qu’est née la Collection des Extraits : cinq parfums sans note de tête, de cœur, ni de fond. Pour révéler dans chacun, la quintessence de chaque famille."

Au menu ? Cinq fragrances déjà collectors : Dancing Blossom, décrite comme une "cascade de fleurs" : le jasmin sambac, la rose de mai, l’osmanthus et la tubéreuse d’Inde y sont mêlés. Cosmic Cloud, une plongée interactive des sens : un voyage vers l’inexploré effleuré par la caresse des muscs, et que ponctuent les éclats chocolatés de la fève Tonka du Venezuela, patchouli, chypre, mousse de chêne et bergamote. Rhapsody, une sensation de lumière apportée par les fleurs, du jasmin Grandi florum au patchouli, en passant par la rose de mai et le chypre. Symphony, comme une fusion entre le ciel et la terre, une plongée sensorielle, le plaisir sans fin de la lumière absolue, la vibration radieuse des îles sous le vent, le doux piquant d’un zeste de gingembre frais dans un cocktail de bergamote, pamplemousse et de fruits rouges. Et enfin Stellar Times, un voyage subliminal dans le temps pour retrouver le faste des temples de contes, de ces jardins brodés de mosaïques et de fontaines merveilleuses. La fleur d’oranger se mêle à l’ambre végétal et aux notes cuirées du baume de Pérou.

/

Pour signer le design du flacon signature de cette collection, Louis Vuitton a tout logiquement fait appel à Frank Gehry, qu’on ne présente plus, déjà à l’origine de l’architecture futuriste de la Fondation Louis Vuitton à Paris. "J’ai voulu aborder le projet d’un point de vue sculptural. Apporter quelque chose de différent au parfum. Ce n’est pas une forme géométrique finie, c’est juste un mouvement. Un mouvement visuel avec en prime ce côté éphémère", explique-t-il à propos de son œuvre. Résultat ? Du flacon Louis Vuitton initial dessiné par Marc Newson, Frank Gehry a déplacé les lignes, en les étirant. Le geste transforme la droite de l’écrin en ellipse, modélise le galbe, jusqu’à suggérer un arc, une voile transparente frôlant l’espace. Quant à son bouchon dramatique, c’est en prenant une feuille d’aluminium, en la froissant tel un tissu, que l’architecte, qui signe ici son tout premier flacon de parfum, chapeaute ce dernier d’un capot aérien, poli à la main, avec à l’intérieur, un sceau LV. En twistant l’écrin originel, Frank Gehry confère à cet objet de voyage l’allure d’une scène de théâtre nomade.

 

La collection Les Extraits de Louis Vuitton sera disponible dans les boutiques Louis Vuitton et en ligne à partir du 7 octobre 2021.

Tags

louis-vuitton
parfum

Articles associés

Recommandé pour vous