Art & Culture

4 enseignements inspirants qu'on a appris dans le documentaire de Beyoncé

Un an après sa performance historique à Coachella en 2018, Beyoncé a dévoilé "Homecoming", le documentaire Netflix invitant ses fans dans les coulisses de l’événement. Et force est de constater que la chanteuse est une artiste comme on en a peu connus. Focus sur 4 enseignements inspirants du docu.
Reading time 5 minutes
© Kevin Mazur/Getty Images

Ce n'est pas Noël, mais pourtant, Beyoncé Knowles-Carter a réservé un cadeau de taille à ses fans ce mercredi 17 avril 2019 en dévoilant son documentaire Homecoming sur Netflix, ainsi que son album live qui l’accompagne. Afin de garder ses fans en haleine jusqu'à la sortie du film Le Roi Lion, l'adaptation live action de Disney dans lequel elle fera la voix de Nala, son documentaire se centre sur les deux week-ends de Beychella et les huit mois de préparation nécessaires avant le festival. Voici les 4 enseignements à retenir de ce documentaire ultra inspirant.

Elle est la première femme noire tête d'affiche à Coachella

Première femme afro-américaine tête d'affiche de Coachella en 19 ans d'existence du festival, la chanteuse s'est servie de la scène pour remercier le public de la soutenir depuis ses débuts. Car sans ses fans, elle n’aurait peut-être jamais pu s’y produire.

Elle met en lumière une culture noire ultra riche

Le thème principal de son show ? Les fraternités étudiantes. Avec sa pyramide humaine mêlant chœurs, danseurs et musiciens, Beyoncé dévoilait BAK, sa propre confrérie issue d'une université traditionnellement noire - HBCU (historically black college and university) -, afin d'honorer la riche histoire qui les accompagne. Alors que son père a étudié à l’Université traditionnellement noire de Fisk, dans le Tennesse, la chanteuse confie qu’elle aurait elle-même voulu s’y rendre. Avant de préciser que finalement, ce sont les Destiny's Child qui lui ont appris l’école de la vie.
En grandissant, l’artiste avait l’habitude d’assister aux rencontres des bandes de HBCU, où les fanfares sont reines sur le campus. Depuis leur création, les HBCU sont devenues des références pour les étudiants noirs aux Etats-Unis. Bien qu'elles représentent 3% de l'enseignement supérieur, 24% des diplômés noirs en sont issus. Avec BAK, la chanteuse a voulu représenter les différentes cultures noires.

Elle est une bosseuse dans l'âme

"Peu importe qui tu es, tu entres ici, et c'est réel", peut-on voir expliquer la chanteuse à ses troupes lors d'une répétition de danse. "C'est pour cela que les gens n'aiment pas les répétitions, parce qu'ils doivent être humbles." Homecoming a été réalisé, écrit et produit par Beyoncé, mettant l'accent sur son éthique de travail exemplaire. Alors que l'époque actuelle voit naître des succès instantanés et des effets de "glow up", Queen B est devenue la porte-parole par excellence d’une éthique de travail solide, de dévouement et de répétition, et ce, alors qu’elle venait de donner naissance à ses jumeaux Sir et Rumi. Initialement prévue pour se produire à Coachella en 2017, la chanteuse avait dû annuler sa performance en raison de sa grossesse difficile et des ordres de son médecin. 

Elle maîtrise son image comme personne

Avec son œil méticuleux, Queen B dirige chaque lumière, choisit chaque danseur et organise son spectacle de A à Z. L’idée n’est pas d’effacer les talents présents sur scène avec une performance dont elle seule aurait le secret. Au contraire. Le show vise à célébrer les caractères uniques et les capacités de chaque membre du groupe. "Il y a tellement de talents ici", s'exclame-t-elle fièrement avant de souligner que sa troupe forme une vraie famille. La chanteuse invite également le spectateur dans les coulisses de sa collaboration avec Olivier Rousteing, directeur artistique de Balmain, à l’origine de ses costumes de scène. Avec lui, elle a élaboré des stratégies pour que chaque détail de ses tenues soit visible pendant le show.

Articles associés

Recommandé pour vous