Mode

#LOFFICIEL100 : l'héritage du mannequin noir Sandi Collins

L'histoire de L'Officiel a été façonnée par des mannequins Noirs dont les histoires ont été largement ignorées. Mais ici, leurs héritages dans la mode et au-delà continuent de vivre.
Reading time 9 minutes
Des mannequins photographiés pour L'Officiel de 1932 à 1999.

Avant qu'il n'y ait Adut Akech, Naomi Smalls, Naomi Campbell ou même Grace Jones, plusieurs mannequins non blancs ont posé des jalons importants, brisant les barrières raciales qui existaient depuis longtemps. Vers la fin des années 1960, le vent tourne et des visages plus diversifiés commencent à occuper la place qui leur revient dans les médias populaires. Bien que la célèbre interprète Joséphine Baker ait été reconnue pour sa popularité en France dans les premiers numéros de L'Officiel, ce n'est qu'en 1969, lorsque Sandi Collins a commencé à travailler pour le magazine, que les mannequins noirs sont devenus une constante dans les éditoriaux. Pourtant, en dépit de son travail décisif pour le magazine, le nom de Collins - et celui d'autres mannequins Noirs pionniers - a été laissé de côté dans une grande partie de l'histoire de la mode. 

1627460044267035 sandi collins
Sandi Collins en Chombert et André Sauzaie, photographiée par Roland Bianchini pour L'Officiel en 1969.

En juin 1970, Collins entre dans l'histoire en devenant le premier mannequin non blanc à faire la couverture de L'Officiel. Vêtue d'un maillot de bain Courrèges, Collins a été photographiée par Roland Bianchini, un collaborateur régulier de L'Officiel, aux côtés d'un mannequin blanc non crédité. La couverture de Collins fait suite au tollé suscité par l'article du mannequin noir Donyale Luna dans le Harper's Bazaar de 1966, photographié par David Bailey, qui a conduit les annonceurs du Sud des États-Unis à retirer leurs placements et à interdire définitivement à Luna d'apparaître à nouveau dans le magazine. Cette interdiction permanente du mannequin, décrétée en réaction à la désapprobation raciste du propriétaire du Bazaar, William Randolph Hearst, n'a jamais été levée et a duré jusqu'à sa mort prématurée en 1979. Si l'action de Hearst visait spécifiquement la carrière de Luna, elle était exemplaire des obstacles qui empêchaient divers talents de couvrir des magazines ou de défiler aux États-Unis. S'il est soudainement devenu possible de devenir un mannequin noir, le racisme se dresse toujours fermement sur le chemin de la réussite.

Collins a néanmoins fait de grands progrès en devenant l'un des premiers mannequins Noirs de la haute couture, et le premier mannequin non blanc à figurer régulièrement dans les pages éditoriales de L'Officiel. Paco Rabanne choisira Collins comme collaboratrice fréquente, l'associant à jamais aux tendances de la mode moderne en plein essor à la fin des années 60 et au début des années 70. Grâce à son talent pour donner vie à ces créations originales, Collins est devenue synonyme de la mode de l'époque et une incontournable des podiums et de la photographie éditoriale.

1627460350119870 sandi collins 2
Sandi Collins en Ungaro photographiée par Roland Bianchini pour L'Officiel en 1969.
1627460448610264 sandi collins 3
Sandi Collins en Courrèges et un mannequin inconnu en Pierre Cardin, photographiées par Roland Bianchini pour L'Officiel en 1970.

Le rôle de Collins en tant que mannequin Noir révolutionnaire est incontesté, mais, en même temps, il est largement méconnu. Alors que Luna, sa contemporaine, restera dans les mémoires comme l'un des premiers mannequins noirs de la haute couture, il n'était pas courant à cette époque de créditer les mannequins dans les pages du magazine, ce qui fait que son travail n'est généralement pas attribué. Collins est devenue par la suite un visage familier pour les amateurs de magazines de mode vintage, et a même été identifiée à tort au fil des ans comme étant Diana Ross - ce qu'elle a admis être flatteur mais, néanmoins, elle préfère recevoir la reconnaissance appropriée pour son travail.

1627460547773528 pat cleveland 11627460547901361 pat cleveland 2
Pat Cleveland et deux mannequins inconnus en Givenchy photographiés par J-L Guégan pour L'Officiel en 1971 ; Pat Cleveland et un mannequin inconnu en Lanvin, photographiés par J-L Guégan pour L'Officiel en 1971.

Collins a trouvé le succès en travaillant pour des magazines basés à Paris, comme L'Officiel, et avec divers couturiers français ; elle s'est en grande partie installée à Paris en 1966 en raison du racisme persistant aux États-Unis. Pourtant, après son déménagement transatlantique, il lui faudra quatre ans d'efforts concentrés et de batailles difficiles en tant que mannequin de couture noir avant de décrocher sa couverture de L'Officiel. Et Collins ne sera pas le seul mannequin noir des années 60 et 70 à choisir de quitter l'Amérique pour se lancer dans une industrie un peu plus accueillante à l'étranger. Pat Cleveland, l'un des mannequins noirs les plus connus de l'époque, a également choisi de quitter les États-Unis pour Paris en 1971 en raison du refus des magazines américains de mettre des mannequins noirs en couverture. De l'autre côté de l'Atlantique, elle atterrit sur la couverture de L'Officiel de septembre 1971, enveloppée dans un manteau de fourrure Christian Dior, faisant d'elle le deuxième mannequin noir en couverture après Collins, et le premier mannequin noir à recevoir une couverture solo du magazine. Cleveland, qui faisait partie de la bande d'Andy Warhol et passait son temps à Paris avec d'autres créatifs et mannequins comme Antonio Lopez et Donna Jordan, a régné sur les défilés de Paris.

1627460730490172 iman1627460730684488 tyra banks
Iman en Ungaro et Saint Laurent Rive Gauche photographiée par Franck Horvat pour L'Officiel en 1985 ; Tyra Banks en Maurizio Galante et Yves Saint Laurent, photographiée par Bruno Bisano pour L'Officiel en 1994.
1627460789258871 mounia
Mounia en Yves Saint Laurent photographiée par Roland Bianchini pour L'Officiel en 1980.

D'autres mannequins Noirs suivront bientôt. À la fin des années 1970 et dans les années 1980, la Martiniquaise Monique-Antoine Orosemane, connue simplement sous le nom de Mounia, a commencé à travailler comme mannequin de haute couture et a été la première muse Noire d'Yves Saint Laurent. Tout au long de sa carrière, elle a contribué à créer certains des moments les plus mémorables du créateur, recevant une ovation debout lorsqu'elle a déambulé sur le podium de sa collection "Broadway Suit" en 1978. Dans les pages d'un article de L'Officiel en 1980, également photographié par Bianchini, Mounia sélectionnait ses pièces préférées de la dernière collection de Saint Laurent. Posant pour le magazine dans une veste spencer classique tout en tenant un cigare, elle respirait le glamour séduisant de l'époque. 

1627460938852652 amalia vairelli et malick diagne1627460938825393 amalia vairelli et malick diagne 2
Amalia Vairelli et Malick Diagne photographiés par Axle Jozeph pour L'Officiel Italia en 2021.

Amalia Vairelli est une autre membre de l'équipe de Saint Laurent qui a posé pour L'Officiel tout au long de sa prolifique carrière. Originaire de Somalie, Vairelli a été découverte sur la piste de danse d'une discothèque parisienne à l'âge de 21 ans avant de défiler pour de nombreuses collections Saint Laurent dans les années 1980. Elle attribue au créateur le mérite de l'avoir aidée à comprendre comment assembler différents matériaux, une compétence utile lorsqu'elle s'est lancée dans son plus récent projet créatif dans le monde des bijoux. Vairelli continue de poser, apparaissant récemment aux côtés de son fils dans une campagne pour la créatrice française Marine Serre. Avec ses traits frappants et une esthétique durable et effortless, elle est récemment apparue sur la couverture de L'Officiel Italia printemps 2021. L'industrie de la mode a encore beaucoup à faire pour lutter contre le racisme systémique et valoriser le travail des mannequins et des créateurs Noirs de manière à célébrer et à soutenir la communauté Noire. Ces premières figures ont laissé une marque indélébile sur la mode : en soulevant la question de la représentation dans les magazines et sur les podiums, leur travail a remis en question le statu quo et a lancé un mouvement d'inclusion dans l'industrie de la mode et au-delà.

1627461162776429 aaliyah1627461162641746 dougal macarthur
1627461162778879 niko riam1627461162767974 gabrielle richardson
Aaliyah en Acne Studios et Van Cleef and Arpels photographiée par Danny Lowe pour L'Officiel en 2018 ; Des mannequins photographiés par Dougal Macarthur pour L'Officiel en 2019 ; Niko Riam en Saint Laurent photographiée par Betina du Toit pour L'Officiel en 2018 ; Gabrielle Richardson en Céline photographiée par Kathy Lo pour L'Officiel en 2018.

Alors que les mannequins Noirs contemporains continuent de repousser les frontières et d'imposer le changement, il est plus important que jamais de consacrer les histoires des personnes qui ont posé les bases. Alors que Cleveland, Vairelli et même Iman, top model et star de L'Officiel, ont continué à poser bien au-delà des années 1970 et 1980, Collins s'est rapidement retirée de la couture parisienne, minimisant ainsi la connaissance publique de son impact. Aujourd'hui âgée de 78 ans et retraitée du mannequinat depuis longtemps, Collins répond par une seule déclaration lorsqu'on lui demande de réfléchir à son travail éditorial historique : "Travailler avec L'Officiel Paris et votre photographe évoque un mot : droiture".

Tags

lofficiel

Articles associés

Recommandé pour vous