Mode

JW Anderson nous parle de sa dernière collection pour Uniqlo

Le créateur Jonathan Anderson collabore pour la quatrième fois avec Uniqlo et crée, une fois de plus, des pièces auxquelles on s’identifie pleinement.
Reading time 7 minutes
© Scott Trindle

Quelle a été votre source d’inspiration pour la collection de cette saison ?

J’étais dans le train et j'ai commencé à penser à la Grande-Bretagne. Où en est-elle ? Que signifie-t-elle réellement ? La mode britannique est selon moi très stratifiée et j'ai toujours été attiré par les carreaux. La manière dont je les ai intégrés dans la collection s’apparente à la façon qu’on avait de s’emmitoufler dans la couverture du pique-nique quand on était jeunes. Enfant, je recevais une polaire et une paire de chaussettes à chaque Noël, et je les portais toute l'année. On retrouve donc des clins d’œil à mon passé dans la collection.

 

Elle comprend également des illustrations de Christopher Wood. L'art est-il toujours une source d'inspiration pour vos collections ?

L'art me permet de m’évader. Je suis collectionneur depuis quinze ans, principalement de céramiques et d’œuvres d'artistes britanniques du début du XXe siècle. La période qui m'inspire le plus dans la Grande-Bretagne moderniste est l’avant-guerre. Des artistes comme Christopher Wood, Barbara Hepworth et Henry Moore ont façonné le paysage moderniste provincial à leur façon. Pas nécessairement d’une mauvaise manière, mais d’une manière un peu forcée et insipide. Alfred Wallis peignait quant à lui des bateaux sur ce qu’il avait sous la main. Il a influencé un nombre incroyable d'artistes, mais il l’a fait juste parce qu'il avait envie de le faire.

 

Vous en êtes à votre quatrième collection pour Uniqlo. Qu'est-ce que vous appréciez le plus dans cette collaboration ?

Elle me tient à cœur. J'aborde chaque collection différemment. Celles que je conçois pour JW Anderson et LOEWE ont leur propre caractère, mais les collections pour Uniqlo me correspondent à 100%. Parce que ce sont des pièces que je porterais moi-même.

1577713417513996 jwandersonxuniqlo 28
© Uniqlo

Comment décririez-vous la femme JW Anderson ?

La femme JW Anderson est une sorte de trouble-fête culturelle. Elle n'est pas conventionnelle et j’apprécie son côté passif-agressif. (Rires.)

 

Quel est le must-have dans le dressing d’une femme ?

Je pense que chaque femme devrait avoir un jeans et un tee-shirt blanc classique, simplement parce que ces pièces vont à tout le monde, quels que soient l’origine, le sexe ou la silhouette. Yves Saint Laurent a d’ailleurs déclaré qu'il aurait aimé avoir créé le jeans et je pense que c'est ce que la plupart des couturiers se disent secrètement. 

 

Quel est votre premier souvenir lié à la mode ?

Quand j’étais ado, je suis tombé sur un livre consacré à Jean Paul Gaultier chez Taschen. Ce créateur m’obnubilait. J'ai grandi en Irlande du Nord, où la situation était radicalement différente. J'ai même envisagé de voler le livre à la bibliothèque parce que je n’avais pas envie de le partager. C'était un petit livre sur le créateur qui ne contenait presque aucune photo, mais il y en avait une qui montrait des escarpins à talons en cuir rouge verni avec plusieurs aiguilles. Il y en avait deux à l'arrière et trois sur le devant. Je me suis dit que c'était trop cool et je me suis demandé comment on arrive à créer ce genre de truc. Il y avait aussi une très belle photo d'un homme vêtu d’un petit manteau à imprimé zébré et je me suis posé la question de savoir pourquoi je n'avais jamais croisé ce genre de personnes dans mon quartier. Où vivaient ces gens ? Jean Paul Gaultier a toujours créé les collections les plus folles, comme sa collection Rabbi Chic, inspirée des tenues et des chapeaux des Juifs, sans parler de celle qui fait référence aux Esquimaux. Des collections qui ne pourraient bien sûr plus voir le jour aujourd'hui.

1577713483098437 jwandersonxuniqlo 35
© Uniqlo

Qui est votre idole dans l’univers de la mode ?

Ça dépend un peu des jours. J'ai toujours aimé Jean Paul Gaultier, il est tellement fascinant. Mais j'ai par exemple aussi travaillé pour Miuccia Prada dont je reste un grand fan. J’admire ces gens qui ont été capables de s’inscrire dans la durée, comme Karl Lagerfeld l’a fait. Ce sont trois exemples très différents, mais ils ont un point commun : la persévérance. Tout le monde pense que Prada a toujours été une grande marque. Or la presse a démoli ses premières collections, ce qui ne l’a pas empêchée de continuer. Karl Lagerfeld a également travaillé pour d'autres maisons avant de se retrouver chez Chanel. Ce que je trouve fascinant, c'est qu’ils ont su tirer parti des échecs pour se réinventer.

 

Quel rôle jouez-vous en tant que créateur pour rendre l'industrie de la mode plus durable ?

Ce qui me dérange avec ce sujet, c'est qu’il est devenu une sorte d’obsession passagère. C'est comme s’il agissait d’un album de Justin Bieber : quand on en a assez, on passe à la chanson suivante. C'est tendance de soutenir Greta Thunberg, mais ici il n'est pas question de style mais bien d’une réalité qui concerne toutes les régions du monde. Outre l'impact écologique, le réchauffement climatique a aussi un impact sociologique pour lequel des solutions réalistes et durables doivent être trouvées. Je suis prêt à admettre que je n'ai pas assez de connaissances, mais je suis également prêt à faire tout mon possible pour que les choses changent. Je crois qu'il faut embaucher des gens prêts à relever ce défi parce qu’une marque doit assumer ses responsabilités sociales. Je suis convaincu que chacun peut apporter sa pierre à l’édifice.

1577713512626549 jwandersonxuniqlo 26
© Uniqlo

Collection JW Anderson x Uniqlo automne-hiver 2019 disponible en ligne et dans une sélection de magasins depuis le 17 octobre 2019.

Articles associés

Recommandé pour vous