Mode

Savoir-faire : les secrets du premier look du défilé Dior Croisière 2020

C’est au cœur de Marrakech, dans le spectaculaire palais El Badi que Dior présentait lundi 29 avril dernier son défilé Croisière 2020. L’occasion pour Maria Grazia Chiuri, directrice artistique de la maison, de faire appel au savoir-faire unique et peu connu des artisanes marocaines.
Reading time 2 minutes
© Dior

Cap sur le Maroc, plus précisément dans un village situé dans les montagnes de l’Anti-Atlas marocain, à 5 heures de voiture d’Agadir. A l’occasion du défilé Dior Croisière 2020 organisé à Marrakech, la maison de l’Avenue Montaigne a voulu mettre en lumière le savoir-faire local. Une belle initiative, qui rayonne dans le tout première look du défilé : un incroyable manteau en laine, confectionné selon la tradition artisanale féminine des Sumano, association qui a pour mission de faire connaître et de préserver le savoir-faire exceptionnel des tisserandes de la région.

Dans une vidéo dévoilée par la maison, Dior a suivi les étapes de confection du fameux opera coat, dont les motifs ont été réalisés suivant la technique de la teinture par réserve sur des grands voiles, avec un dégradé de couleurs de marrons, rouge framboise et orange, obtenues grâce à des plantes tinctoriales qui poussent localement. Selon les saisons, les artisanes récoltent de la garance, des écorces de noyers ou encore de grenades. Après les avoir séchées et broyées au mortier, les tisserandes préparent les fibres en tissu. Elles le ligature pour dessiner les formes qu’elle veulent obtenir. Elles mélangent alors les plantes dans une grande casserole et y plongent le tissu pour qu’il puisse se gorger de teinture. Ensuite, elle le rince et l’étende pour qu’il sèche, avant de recommencer pour teindre une autre partie du tissu.

Les tisserandes utilisent également la technique de la teinture au henné par application. On apprend ainsi que ce dernier est obtenu grâce à la préparation de la pâte de henné mélangée avec de l’eau de source et du citron. Plus on applique de couche, plus la couleur est foncée.

Dior savoir-faire

Le défilé Croisière de la maison française était ainsi l’occasion pour ces savoir-faire africain d’être connus, puis reconnus. Pour l’instant, il n’y a aucune reconnaissance à l’échelle marocaine ou internationale. L’idée est de rendre possible une production continue pour ces femmes, afin de leur procurer des revenus qui permettront de subvenir à leurs besoins.

Articles associés

Recommandé pour vous