Fashion Week

Sportmax printemps-été 2021 : l'électricité entre le corps et l'esprit

Une élégance transparente qui vient des mots de Walt Whitman... Zoom sur le défilé Sportmax printemps-été 2021.
Reading time 2 minutes

Parlons du corps, de la physicalité, de ce que je vois et je ne vois pas. C'est la référence pour chez Sportmax pour le printemps-été 2021, comme un recueil poétique qui part du poème. Sing the Body Electric est le poème écrit par l'auteur américain Walt Whitman en 1855 dans la collection Leaves of Grass. Une puissante déclaration d'amour pour le corps, qui naît spontanément de la conscience de soi.

Les icônes de la collection sont Romy Schneider et Jane Birkin, dont la présence scénique est d'un glamour incontesté : du magnétisme de Romy dans La Piscine aux apparitions de Jane sur la Côte d'Azur. D'une part la pureté, le minimal, le monochromatique et d'autre part le naturel presque sauvage d'une sensualité brute. La collection se développe dans une succession de dualismes, de contrastes qui finissent par se fondre en harmonie. La tension typique vers l'asymétrie des vêtements Sportmax devient un art séduisant : fentes, décolletés, même dans le dos, robes avec ouvertures latérales. Des lignes très serrées qui mettent en valeur les silhouettes, un jeu de soies transparentes qui laisse voir les jambes, sauf à l'exception des vêtements en cuir et des costumes de blazer et des pantalons coupés pour hommes. La robe fourreau, du blanc au noir, se lance dans une voie vers le punk, avec des couleurs acidulées qui se superposent, des trenchs et des pantalons de motard en soie ou tissus irisés, à la saveur futuriste. C'est une sensualité sans effort. De sirène métropolitaine.

/

Articles associés

Recommandé pour vous