Fashion Week

Une working girl fétichiste du vinyle chez Saint Laurent

La décennie qui a fait d'Yves Saint Laurent une légende est ressuscitée par la main de son successeur actuel. Anthony Vaccarello conçoit une collection qui mélange harmonieusement tous les incontournables des années 80 : du biker aux larges épaules, aux gros bijoux en or.
Reading time 2 minutes

Place du Trocadéro, mais sans la Tour Eiffel comme décor (grêle oblige), la musique, une création du français Sebastian, envoie le premier look, qui donne le ton de toute la collection. Il s’agit d'une veste en tartan rouge à double boutonnage, portée sur une blouse lavallière du même imprimé et des leggings en vinyle noir moulants. Même sans les boucles d'oreilles maxi, la large ceinture et les talons pointus, on ne s'y trompe pas : les années 80 marchent bien sur le podium. L'une après l'autre, les mannequins s'élancent sur le catwalk, chacune au milieu d'un projecteur, comme dans le générique d'un film de James Bond.

Le leitmotiv de la collection ? Sans aucun doute le vinyle, présent dans presque tous les looks et, plus inoubliable encore, sous forme de cuissardes, qui se perdaient dans des jupes-crayons ou des robes. Les vestes colorées à double boutonnage et à larges épaules, en tartan de laine classique, en velours ou même en cuir, dominent également la collection. Mais bien sûr, Vaccarello étant Vaccarello, la collection ne serait pas complète sans quelques moments ultra-sexy (au cas où la débauche de vinyle laisserait quelqu'un sur son appétit), assurés par des blouses transparentes, des soutiens-gorge en vinyle et des bustiers en dentelle, pour n'en citer que quelques-uns.

Le brassage de deux décennies est ainsi achevé et Saint Laurent réussit à faire voyager dans les années 2020 certains des grands succès de son passé. La seule chose qui manque notablement au podium cette saison, ce sont les hommes, que l'on voit normalement porter la collection de la maison.

Au final du défilé, les mannequins marchent de spot en spot, parcourant la passerelle une dernière fois avant que le créateur ne sorte. Vaccarello marche d'un pas vif jusqu'au milieu de la piste et se retourne rapidement pour remercier la foule qui, une fois de plus, a été enchantée par ses créations.

/

Articles associés

Recommandé pour vous