Art & Culture

Flashback : quand Rihanna rencontrait Donald Glover

La rencontre promet d’être explosive. Deux des artistes les plus engagés et surdoués de leur génération seront réunis à l’écran cette année. Rihanna et Donald Glover formeront un couple de cinéma dans le mystérieux “Guava Island”. L’occasion de se pencher sur l’ascension folle de ces deux rebelles du rap.
Reading time 10 minutes

C’est le genre de casting dont on rêve en secret sans trop oser y croire. Donald Glover, également connu sous son nom de rappeur Childish Gambino, et Rihanna vont jouer ensemble le très attendu Guava Island dont on ignore encore la date précise de sortie mais qui devrait crever l’écran en 2019. Les deux stars ont tourné à Cuba l’an dernier et une seule photo a fuité sur les réseaux sociaux. Mais quelle image ! Rihanna porte une slip dress rayée ultracolorée, moulante et décolletée tout en affichant un grand sourire et en faisant des oreilles de lapin à un Donald Glover torse nu et tout en muscles, avec chaîne en or, short rouge et moue ravageuse. Les deux pop stars, complices et assorties respirent l’érotisme torride mais nature. Ce couple de héros a été choisi par le réalisateur américano-japonais Hiro Murai, clippeur génial pour Earl Sweatshirt, Chet Faker (Nick Murphy aujourd’hui), Flying Lotus, St. Vincent et Queens of the Stone Age. Mais on lui doit surtout le clip poignant, violent et politique de This Is America, de Childish Gambino. Une bombe pop fustigeant le racisme au pays de Trump et les brutalités policières, qui a dépassé les 100 millions de vues en une semaine. Murai a aussi réalisé la série sarcastique scénarisée par Donald Glover, Atlanta. L’histoire de deux cousins qui essaient de se faire un nom dans le rap game d’Atlanta en affrontant de nombreux problèmes raciaux et familiaux.

“Donald Glover incarne cette idée de sa génération qui consiste à penser que l’on peut faire ce que l’on veut et changer ce que l’on veut à tout moment.” Tina Fey

Donald, l'anti-Trump

De quoi nous laisser espérer le meilleur concernant Guava Island, film qui met en scène non seulement l’interprète lascive du tube Umbrella et le rappeur de Feels Like Summer mais aussi l’héroïne geek, féministe et badass de Black Panther, Letitia Wright. Le trailer du film, diffusé de manière en off sur Twitter, donne également l’eau à la bouche. Apparaissant selon les sous-titres comme “un film de Childish Gambino”, il suit les aventures d’un musicien (Glover) qui flirte avec Rihanna et semble vouloir prendre un peu de temps en dehors du show business. “Nous vivons au paradis, mais aucun d’entre nous n’a le temps ni les moyens de réellement vivre ici. […] Nous travaillons dur, nous méritons un jour de congé”, dit-il dans la bande annonce. On imagine la dimension sociale, engagée et politique que pourrait prendre le film, à la manière du Lemonade de Beyoncé et de This is America. Cela pourrait également être le chant du cygne du musicien-acteur-scénariste-réalisateur-producteur-humoriste-DJ de 35 ans, puisque ce dernier a déclaré que son prochain disque serait le dernier. “J’aime bien les fins, je pense qu’elles sont importantes pour progresser. Elles forcent les choses à devenir meilleures”, a déclaré ce punk en puissance qui opterait pour un enterrement au sommet de la gloire. D’ailleurs, à la dernière cérémonie des Grammy Awards en février 2019, il a remporté plusieurs récompenses pour This is America, mais a décidé de ne pas assister aux festivités qui avaient lieu au Staples Center de Los Angeles où même Michelle Obama a fait une apparition surprise. L’actrice Tina Fey, son mentor, explique son tempérament anticonformiste mieux que personne : “Il incarne cette idée de sa génération qui consiste à penser que l’on peut faire ce que l’on veut et changer ce que l’on veut à tout moment.” Envoyant valser toutes les normes, Glover accompagnait déjà en 2013 son album "Because the Internet" d’un texte de 75 pages. Mais Donald l’acteur n’a sans doute pas dit son dernier mot. Apparu dans des blockbusters comme Seul sur Mars, Spider-Man: Homecoming ou Solo: A Star Wars Story, il double Simba aux côtés de Queen B pour le très attendu Roi Lion, de Jon Favreau, une adaptation en 3D du film d’animation de Disney qui sortira le 17 juillet. Un casting vraiment royal. 

“Rihanna a cette force incroyable, comme les grandes voix du passé, de nous parler directement, de nous toucher au plus profond de nous mêmes. Sa personnalité est un cadeau.” Chan Marshall

Rihanna, modèle d’inclusivité 

Qui pourrait donc faire de l’ombre à Glover cette année ? Sans aucun doute son pendant féminin et partenaire dans Guava Island, Riri. Tout aussi versatile, l’actrice-chanteuse-businesswoman de 31 ans aura encore droit à plusieurs quarts d’heures de célébrité après une année 2018 déjà couronnée de succès. Sa marque de beauté a rapporté près de 500 millions d’euros l’an dernier, devançant l’empire cosmétique de Kylie Jenner. En 2018, Rihanna s’installe définitivement comme un modèle d’inclusivité avec Fenty Beauty et ses teintes de fond de teint pour toutes les carnations, mais aussi avec Savage x Fenty et sa lingerie pour tous types de morphologies. Cette année, la jeune femme devrait rester la reine des affaires. Cela a débuté le 15 janvier dernier par une décision drastique, quand la rebelle décide d’attaquer en justice son père, Ronald Fenty. “Même si M. Fenty est le père de Rihanna, il n’a pas et n’a jamais eu le pouvoir d’agir au nom de Rihanna“, ont martelé les avocats de la chanteuse. Le papa est accusé de se faire de l’argent en utilisant sans son consentement le nom de Fenty, prétendant être associé avec sa fille pour vendre des produits en tous genres. Proche du reste de sa famille, Rihanna entretient des rapports conflictuels avec son père âgé de 65 ans. Celle qui a grandi dans un bungalow de la Barbade a souffert de son absence. L’homme, accro à la cocaïne, l’alcool et la marijuana, battait sa mère avant leur divorce ; Rihanna n’avait alors que 14 ans. L’adolescente trouve un semblant d’encadrement dans l’enrôlement militaire et une échappatoire dans le chant. Depuis, la star n’a besoin de personne pour briller comme un diamant. La punkette s’est même offert le luxe de haranguer Emmanuel Macron sur Twitter en 2017 pour lui faire prendre conscience de son implication dans la question de l’éducation. La philanthrope a fini par rencontrer le président à l’Élysée et à Dakar pour récolter des millions afin de venir en aide aux jeunes défavorisés.

Et maintenant, la mode! 

Y a-t-il a quelque chose que Rihanna ne peut pas obtenir ? Selon l’adage : “It’s ugly until Rihanna decides it’s not” (“C’est moche jusqu’à ce que Rihanna décide que ça ne l’est pas”), elle est capable de tout porter, d’une robe jaune aux airs d’omelette à un manteau de fourrure vert fluo. Anna Wintour et Edward Enninful ont adoubé sa mode audacieuse et sans équivalent. Un style qui fait recette. Après avoir collaboré plusieurs fois avec Puma pour des collections streetwear rapidement épuisées, la Barbadienne monte d’un cran en préparant en secret sa griffe de vêtements et d’accessoires de luxe en collaboration avec LVMH. Elle entre ainsi dans l’histoire en tant que première femme noire à la tête de son propre label au sein du groupe. Mais elle n’en oublie pas pour autant la musique. La chanteuse est toujours capable d’un sens de la mélodie fort et émouvant, comme le rappelait en 2018 la reprise de son tube Stay par Cat Power. Chan Marshall nous confiait lors d’une rencontre : “Rihanna a cette force incroyable, comme les grandes voix du passé, de nous parler directement, de nous toucher au plus profond de nous-mêmes. Sa personnalité est un cadeau.” Cette année devrait heureusement signer son grand retour musical avec un album aux intonations reggae jusqu’ici simplement doté d’un nom de code, R9, puisqu’il s’agit de son neuvième disque. La fan de Bob Marley (et fumeuse de joints affichée) s’inscrira ainsi dans la veine sonore de l’un des plus beaux titres, Man Down (2010). Une chanson dont le clip fit scandale car il montrait la pop star tuant un homme qui l’avait violée après une soirée dans un club. Son nouvel album provoquera-t-il de nouvelles polémiques? On sait pour l’instant peu de choses mais assez pour s’imaginer le meilleur. Une excitante collaboration avec Jay-Z, celui qui la découvrait ado et en faisait une star, au grand désespoir de sa rivale, Beyoncé, qui aurait toujours secrètement jalousé Rihanna. En 2007, le duo Riri-Jay-Z accouche du fameux Umbrella avant d’autres titres réussis comme Talk That Talk et Run This Town. D’après les rumeurs, la chanteuse se serait aussi entourée de David Guetta, Diplo et Calvin Harris, faiseurs de hits en puissance. Alors, who runs the world ?

Articles associés

Recommandé pour vous