Mode

Flashback : quand Claudia Schiffer croisa la route de Karl Lagerfeld

Leur collaboration made in Germany fut l’une des plus longues du monde de la mode. Quand un créateur exigeant rencontre sa muse idéale...
Reading time 2 minutes

Magie allemande.

Ils n’auraient jamais dû se croiser. En 1987, Claudia Schiffer, 17 ans, une fille timide, grande et maigre, un peu mal dans sa peau, se destine à devenir avocate comme papa. Découverte par hasard dans un night-club de Düsseldorf par un Français directeur d’agence de mannequins, elle est à cent lieues de s’imaginer top modèle, mais part tout de même pour Paris. Après des débuts difficiles dus à ses formes généreuses, on l’assimile enfin à une icône, Brigitte Bardot : les marques et les magazines se l’arrachent.

Blonde atomique.

Karl Lagerfeld, depuis sept ans à la tête de Chanel en cette année 1990, a revigoré cette maison sur le déclin et entre dans des années prolifiques où il va revisiter avec brio les codes de la marque – perles, tailleurs et chaînes dorées –, les rendant ultra glamour sur des supermodèles dans des décors en Technicolor. Il vient de “quitter” sa muse de longue date, la brune extravagante et aristocratique Inès de la Fressange, et a besoin d’une autre inspiration, radicalement différente. Claudia, allemande, blonde et bombesque, fait parfaitement l’affaire. Il lui demande de défiler pour Chanel haute couture : c’est le début d’une collaboration exceptionnellement longue dans ce milieu hautement volatil. La carrière de celle qui sera une des dernières qualifiées du titre de “supermodèle” atteint des niveaux stratosphériques. Outre évidemment son mentor, le Kaiser, elle noue de rares amitiés avec Nadja Auermann, Eva Herzigova et Helena Christensen, avec qui elle se sent des affinités.

Bonne élève.

Il faut dire que la walkyrie est sage comme une image : sans histoire, solitaire, sérieuse, toujours ponctuelle, pas diva pour un sou, elle va voir ses parents entre deux contrats et ne court pas les boîtes de nuit. Après un faux pas assez irréel – sa relation avec le magicien David Copperfield, entamée en 1993 –, elle se marie en 2002 et fonde une famille en Angleterre avec le producteur de blockbusters Matthew Vaughn. Bref, un conte de fées presque aussi spectaculaire que la silhouette de cette déesse germanique.

Articles associés

Recommandé pour vous