Mode

Jessica Chastain en couverture du numéro anniversaire de L'Officiel

Jessica Chastain a passé la dernière décennie à construire le genre de carrière que la plupart des acteurs passent leur vie à poursuivre. Voici comment elle a réussi haut la main.
Reading time 22 minutes

Photography Alexi Lubomirski
Styled by Laura Ferrara

Malgré toute l'attention qu'elle suscite sur le tapis rouge, la mode, pour une célébrité, est généralement assez déconnectée du monde intérieur réel de la star. Pour l'actrice caméléon Jessica Chastain, cependant, la mode est élémentaire : un véritable plaisir qui est à la fois un véhicule d'expression de soi et une occasion d'expansion intérieure. La mode, c'est comme la musique, dit-elle un matin de cet été. C'est un art qui se double d'un outil qu'elle peut utiliser. "Elle me fait constamment ressentir des choses différentes", dit-elle. "Elle m'ouvre à d'autres parties de moi-même". C'est cette perspective - ainsi que le type de structure osseuse exquise qui appartient autant au Vieux Hollywood qu'au nouveau - qui a fait de Chastain le choix naturel pour poser dans des modèles couvrant plusieurs décennies pour le numéro du centenaire de L'Officiel.

Les anniversaires étaient également dans son esprit lorsque Jessica Chastain a parlé au magazine. C'était quelques jours après son retour de Cannes, dix ans après ses débuts dans ce pays avec The Tree of Life de Terrence Malick. "Ma carrière cinématographique a maintenant dix ans, ce qui est choquant", dit-elle, bien que cela ne soit vrai que dans le sens où elle a réussi à en construire une aussi riche et intéressante en un laps de temps relativement court. Si vous voulez vous faire une idée de l'éventail des rôles de l'actrice, considérez les deux projets qu'elle présente en avant-première ce mois-ci : Le biopic Les Yeux de Tammy Faye de Michael Showalter, dans lequel l'actrice s'est transformée en évangéliste émotive et en proie au scandale, et la reprise actuelle par Hagai Levi du film à deux volets Scenes from a Marriage d'Ingmar Bergman (1973) pour HBO, dans lequel les rôles du mari et de la femme ont été inversés.

Jessica Chastain parle avec L'Officiel de la conquête de ses peurs, de son profond sentiment pour la mode et de ce qui la pousse à aller de l'avant - à la fois en tant que championne de l'égalité des droits pour les femmes à Hollywood et ailleurs et en tant qu'artiste.

1632210526941932 1jessicachastainstory
En couverture : Robe VALENTINO

L'OFFICIEL : J'ai regardé les deux premiers épisodes de "Scenes from a Marriage" disponibles pour les critiques, et "Les Yeux de Tammy Faye", et je vous félicite pour ces deux projets et performances vraiment formidables - et incroyablement différents. Qu'est-ce qui vous attire dans un rôle ?

JESSICA CHASTAIN : Eh bien, cela dépend. Parfois, ce qui m'attire dans un rôle, c'est la personne avec laquelle je travaille. Souvent, c'est si le rôle est quelque chose que je n'ai jamais fait auparavant et qui me semble être un défi. Mais ce qui m'attire toujours dans un rôle, c'est de sentir que j'apporte quelque chose de positif au monde. Ce n'est peut-être pas une personne sympathique que j'incarne, mais c'est positif en ce sens que je brise les stéréotypes de genre ou que je fais avancer une conversation. Je me demande toujours : "Qu'est-ce que j'apporte au monde ? Est-ce que je contribue à la société ?"

 

L'O : Est-ce quelque chose auquel vous avez toujours pensé ? Ou est-ce quelque chose que vous avez réalisé que vous deviez y penser une fois que vous étiez dans l'industrie ?

JC : Je n'y ai jamais vraiment pensé parce qu'on ne m'a jamais donné l'option. Au début de votre carrière, vous êtes tellement heureux d'avoir été choisi. Et puis votre carrière commence à se développer et à évoluer, et au lieu de se sentir excité d'être choisi, vous êtes aussi excité d'avoir des choix. Et vous - tout le monde en fait - commencez à comprendre que votre pouvoir vient des choix que vous faites.

Quand j'ai fait "Zero Dark Thirty" avec Kathryn Bigelow, j'ai vu les questions qu'on lui posait, et j'ai vu la différence entre la façon dont le monde et l'industrie lui parlaient et la façon dont ils parlaient aux cinéastes masculins. J'ai aussi vu les stéréotypes que les gens avaient sur mon personnage. C'était vraiment bouleversant pour moi, mais à ce moment-là, j'ai compris que le cinéma pouvait être un acte politique. Cela a vraiment déclenché en moi le désir de choisir des projets qui créent une sorte d'ondulation dans la conversation, qui repoussent une sorte de limite et qui dépeignent de vrais êtres humains.

1632210586384608 2jessicachastainstory
Haut, bustier, jupe et bas DIOR, Bottes GIANVITO ROSSI, Ceinture CELINE, Boucles d'oreilles HARRY WINSTON

L'O : C'est ce qui vous a poussé à faire un film sur Tammy Faye Bakker ?

JC : Je pense que c'était le circuit des récompenses pour "Zero Dark Thirty", et les gens me demandaient ce que je voulais faire ensuite, et le documentaire sur Tammy Faye passait à la télé et je l'ai regardé et j'ai pensé, "Wow, ça ressemble à un rôle incroyable." Le chant, la prédication, tout en elle. Ça cochait toutes les cases, parce que pour moi, ça répare aussi un tort. J'étais si bouleversée qu'elle ait été traitée comme elle l'a été par les médias. Le fait que nous l'ayons diffamée à cause du maquillage qu'elle portait et de son apparence, au lieu d'écouter ce qu'elle disait sur l'amour, sur la religion, sur les chrétiens et sur ce que le christianisme est censé être ; comment elle tendait la main et essayait vraiment d'aimer ceux qui se sentaient abandonnés. Cela m'a brisé le cœur qu'elle n'ait jamais été reconnue pour cela. On a fait d'elle une blague.

Même aujourd'hui, lorsque vous mentionnez Tammy Faye, les gens disent : "Oh oui, elle chante et du mascara coule sur son visage." J'ai passé des centaines d'heures à l'étudier, j'ai regardé toutes les séquences que j'ai pu trouver ; il n'y a pas une seule vidéo que j'ai pu trouver de mascara coulant sur son visage. Je pense que c'est dans nos mémoires à cause des médias, des sketches comiques et des gens qui se sont moqués d'elle. Et c'est ce dont nous nous souvenons ; cela a changé nos souvenirs de ce qu'était la réalité. Je voulais que les gens voient ce qu'elle était vraiment.

THE EYES OF TAMMY FAYE | Official Trailer | Searchlight Pictures

L'O : En parlant du maquillage, des incroyables prothèses et des ongles manucurés très longs, la façon dont vous ouvrez les canettes de Coca Light avec une lime à ongles dans le film a répondu à beaucoup de questions pour moi.

JC : La raison pour laquelle je sais faire ça est que ma mère avait ces ongles. Dès que nous étions sur le plateau, je me disais : "Je dois ouvrir une de ces canettes, quelqu'un a une lime à ongles ?" Ma mère avait toujours une lime à ongles dans son sac, et elle l'utilisait pour ouvrir ses canettes de soda.

 

L'O : Avez-vous passé des heures et des heures et des heures sur la chaise de maquillage ?

JC : Oh oui. Honnêtement, je ne vais probablement plus jamais faire ça. C'était assez angoissant pour moi. J'ai eu quelques problèmes de santé dans le passé : j'ai eu une embolie pulmonaire, et quand je prends l'avion, je pense toujours à la nécessité de faire attention et de ne pas avoir de caillots sanguins. Et assise là, la première semaine de travail, je me disais : "Oh mon Dieu, c'est comme si je devais traverser le pays en avion tous les jours." Il faut rester assis sans bouger ; je portais des chaussettes de compression sur mes jambes. Le premier jour de tournage, on est venu me chercher à 3h30 du matin. Ce que je faisais, c'était de me demander comment transformer cela en quelque chose de positif. Et je regardais Tammy Faye pendant au moins 4 heures tous les matins. Andrew [Garfield, qui joue le rôle de Jim Bakker] était là et nous partagions des extraits liés aux scènes que nous faisions ce jour-là. Je la regardais, je l'écoutais, j'avais un fichier audio qui n'était que sa voix, et quand je devais fermer les yeux pour les prothèses et le maquillage et que tout le monde me peignait, j'écoutais et je répétais après elle. J'avais la plus longue piste pour décoller chaque jour. Donc, le temps que je sois dans les airs, le temps que je joue, j'ai été sur la piste pendant 4 heures. Ça m'a vraiment aidé une fois que j'étais sur le plateau. Mais la première fois que j'ai fait le tout premier test avec toute la prothèse, c'était beaucoup trop, et j'ai eu une petite crise de panique. Et puis, quand vous commencez à vous dire "oh mon dieu, oh mon dieu, oh mon dieu, c'est horrible", à ce moment-là, vous commencez normalement à transpirer, et votre cœur bat vite, et tout ça ne fait qu'empirer les choses parce que votre peau ne peut pas respirer, et vous ne pouvez pas l'enlever parce qu'elle pourrait se déchirer.

1632210815873041 4jessicachastainstory
Robe JASON WU, Bracelet CARTIER

L'O : Avez-vous chanté vous-même dans le film ?

JC : Oui ! Voici une autre chose. J'avais vraiment peur. Je veux dire, j'ai chanté à l'université. Mais c'était, un chant d'acteur. Cabaret et autres, rien de tel. Et Tammy Faye est une chanteuse sans peur, tout comme elle n'a pas peur de la mode et de l'amour, c'est une chanteuse sans peur. Elle le chante simplement, elle le chante à Jésus ! Et c'était très différent. Lorsque je me suis rendue au pré-enregistrement avec Dave Cobb [qui a produit la musique de "A Star is Born"], avec qui j'étais si excité de travailler, j'étais terrifié. Je me suis présentée avec une bouteille de whisky et j'ai bu du whisky pendant deux jours tout en chantant. Dave, c'est le genre de producteur qu'il est, il est si intelligent, il a augmenté les notes à une tonalité plus élevée le deuxième jour. Il a dit, on va tout refaire à partir du premier jour. Quoi ?! Mais il a dit, "Tu le chantes comme si c'était facile". Quand elle chante, elle est à 10, elle est à 12, elle est au-delà. Nous devons t'amener au point où tu as peur de ne pas atteindre ces notes. J'ai besoin de chaque once d'énergie de ta part dans ces chansons." Et c'est ce que nous avons dans le film. Vous m'entendez vraiment pousser pour chaque chanson.

1632210857781989 3jessicachastainstory
Robe CHLOÉ

L'O : C'est parfait ; vous êtes le visage du numéro du centenaire de L'Officiel, car vous traversez au moins un demi-siècle de tendances de mode dans ce seul rôle. Avez-vous eu une préférence ?

JC : La chose que j'ai vraiment aimée, parce que c'était si bête, était le manteau de fourrure blanche avec le chapeau blanc. De la fausse fourrure, bien sûr. C'est en fait une photo d'elle que j'ai vue et que j'ai montrée à Mitchell Travers, notre costumier, en lui disant : "Mitch, s'il te plaît, il faut qu'on recrée ce look !". J'adore aussi les années 90 pour elle. J'adore sa veste rouge avec la doublure en léopard - elle a dit que ses deux couleurs préférées étaient le rose et le léopard. C'est une façon de lui rendre hommage.

 

L'O : C'est agréable quand un personnage aime la mode et que ce n'est pas uniquement dépeint comme un défaut ou une pure vanité.

JC : Exactement ! Et puis, qu'est-ce qu'il y a de mal à ça ? J'ai un problème avec les gens qui reprochent aux femmes d'avoir une tonne de chaussures ou trop de vêtements. Si quelqu'un veut être fabuleux, qu'il le soit. Laissez-la s'exprimer de la façon dont elle le souhaite. Si elle veut porter un kilo de maquillage, qu'elle le fasse. S'ils veulent porter des perruques, qu'ils le fassent. J'aime la mode et le glamour en tant que forme d'expression de soi.

1632210894372470 7jessicachastainstory
Veste et pantalon ETRO, Chaussures VERSACE
1632210925022993 8jessicachastainstory
Veste et jupe SACAI, Haut STYLIST'S OWN, Chapeau ALTUZARRA

L'O : Vous venez d'assister au Festival de Cannes, qui est évidemment le nec plus ultra des grands moments glamour sur le tapis rouge. Est-ce que c'est quelque chose que vous avez toujours apprécié, ou est-ce que cela fait simplement partie du travail ?

JC : Toujours. En grandissant, ma grand-mère et ma mère étaient toujours si glamour - je vous ai parlé de ma mère, de ses ongles et de sa lime à ongles. C'est quelque chose qui m'a toujours plu, même si je ne pouvais pas vraiment me le permettre avant d'entrer dans ce secteur. J'aime la mode parce que - et c'est une chose étrange à dire - je suis très sensible, et je peux être surstimulée. Mon mari me taquine à ce sujet parce que j'ai choisi une carrière où il y a beaucoup de gens autour, mais s'il y a beaucoup de bruit, s'il y a beaucoup d'énergie, je dois parfois me calmer et m'asseoir dans une pièce tranquille pendant un moment. Je suis très ouverte et fermée. Si je porte du jaune, je le ressens. Si je porte un costume, je le ressens. Je ressens l'énergie de ce que je porte. Si je porte du blanc et que mes cheveux sont tressés, si je porte une minijupe, quoi que ce soit, je le ressens et cela m'apporte quelque chose. J'aime vraiment mettre des robes et aller sur le tapis rouge de Cannes. Je ne sais pas comment le décrire, mais chaque tenue que j'ai l'occasion de porter me donne l'impression d'être une femme différente.

 

L'O : Vous sentez-vous attirée par un style en particulier ? Vous avez un look très classique ; j'ai l'impression que chaque article que j'ai lu sur vous faisait référence à Botticelli.

JC : J'adore ça, pourtant. J'adore l'histoire de la mode. J'adore porter un corset, j'adore ce genre de look classique. Je ne suis pas une silhouette en bâton et je ne fais pas vraiment... trop d'exercice. Je fais de l'exercice, mais je n'en suis pas folle. J'en suis heureuse, et je suis heureuse de montrer que j'ai des courbes sur mon corps. Je suis attirée par ça, mais je suis aussi attirée par l'androgynie parfois. La seule chose qui ne m'attire pas, et je vais le dire, c'est le style grand-mère chic. C'est un peu ce qui ne m'attire pas.

Les femmes sont faites de chair et de sang, elles ont des désirs et sont compliquées tout comme les hommes.

L'O : Comment avez-vous abordé le tournage de "Scenes from a Marriage" en 2021 ? Avez-vous revisité le film original de Bergman, ou avez-vous voulu vous en éloigner ?

JC : Oscar [Isaac] et moi l'avons vraiment revu. C'était important de le regarder, mais c'était aussi libérateur, car beaucoup de gens pourraient se demander pourquoi nous ferions un remake d'un film de Bergman. Et aussi parce que Liv Ullman est l'une des plus grandes actrices de tous les temps - ce que je sais non seulement parce que j'ai vu tous ses films, mais aussi parce que j'ai travaillé avec elle lorsqu'elle m'a dirigée. Je sais qui elle est et à quel point elle est formidable ; il n'y a rien que je puisse faire de mieux que ce qu'elle a fait. Pour moi, c'était la liberté de ne pas faire de remake, parce que les genres sont intervertis. "Scenes from a Marriage" des années 1970 est incroyable parce que c'est vraiment une image des mariages de cette époque : voici ce qu'est la féminité, voici ce qu'est la masculinité. Et maintenant, nous prenons ça et nous nous disons : "Ok, qu'allons-nous dire du mariage aujourd'hui ? Qu'est-ce qui est féminin, qu'est-ce qui est masculin ; qu'est-ce que c'est qu'être une mère et qu'est-ce que c'est qu'être un père ; et qu'est-ce qu'on attend des rôles que nous devons jouer ? J'adore l'original, et Oscar et moi l'avons étudié en termes de grands thèmes, mais en termes de performance, ça n'a rien à voir. Je joue un personnage complètement différent de celui de Liv Ullman, non seulement à cause du décalage horaire, mais aussi parce que je joue un personnage différent : le mari. Donc nous l'avons étudié, mais nous l'avons aussi laissé partir.

 

L'O : D'une certaine manière, il semblait très important que cette fois-ci, ce soit une femme qui mène l'action, en quittant son mari pour un homme plus jeune, plutôt que d'être celle qui reste derrière avec l'enfant.

JC : Je veux dire, ça arrive ! Cela s'est toujours produit ! C'est arrivé depuis des centaines d'années en fait. C'est le sujet de la pièce "Une maison de poupée". Il ne s'agit pas d'infidélité, mais Nora quitte sa famille. Cette pièce a été jouée il y a longtemps. Il est donc temps que nous commencions à nous dire que les femmes sont en chair et en os, qu'elles ont des désirs et qu'elles sont compliquées, tout comme les hommes. Les hommes ont été compliqués et ont fait des choses pas très gentilles et parfois égoïstes, et parfois les femmes font des choses pas très gentilles et égoïstes. C'est ce que signifie simplement être humain, et je pense qu'en fait nous devons comprendre que les femmes sont des êtres humains.

1632211013611019 5ajessicachastainstory
Robe ROBERTO CAVALLI, Chaussures GIANVITO ROSSI, Bracelet TIFFANY & CO.

L'O : Et dans l'un de vos films de 2022, "The 355", il y aura des stars de l'action, ce qui est excitant. Y a-t-il d'autres projets à venir qui vous enthousiasment ?

JC : "The 355" est un film avec Penélope Cruz, Lupita Nyong'o, Fan Bingbing et Diane Kruger. Comme toutes les actrices sont propriétaires du film, nous avons levé les fonds nous-mêmes à Cannes, vendu les droits de distribution, et toutes reçoivent un pourcentage du box-office. C'est une nouvelle façon de faire les choses. Je viens également de tourner "The Good Nurse" avec Eddie Redmayne, qui est divin, et je suis sur le point de tourner "Tammy Wynette" avec Michael Shannon qui joue George Jones. Et je veux juste dire, en réponse à votre première question, que ce qui m'attire, c'est de regarder toutes ces co-stars. Aller au travail tous les jours et travailler avec des gens comme ça ? Qui sait comment les choses vont évoluer, mais c'est tellement important pour moi.

 

Le numéro anniversaire de L'Officiel est disponible en kiosque dès le 24 septembre 2021.

COIFFURE Renato Campora
MAQUILLAGE Tyron Machhausen
MANUCURE Julie
SET DESIGN Jack Flanagan
PRODUCTION Dana Brockman, Nathalie Akiya, et Emily Ullrich
TECH NUMÉRIQUE Casanova Cabrera
ASSISTANTS PHOTO Alexei Topounov, Diego Bendezu et Conor Monaghan
ASSISTANT STYLISTE Amer Macarambon
ASSISTANTS DE MONTAGE Todd Knopke et Beau Bourgeois
ASSISTANTS DE PRODUCTION Brandon Abreau et Patrick McCarthy

Tags

cinema
lofficiel
actrice

Articles associés

Recommandé pour vous