Mode

Haute Joaillerie : la pierre avant tout ?

La semaine des présentations des collections de Haute Joaillerie a révélé un nouveau visage cette année. Plusieurs maisons ont en effet choisi de mettre en avant, non pas leur style et leur essence, mais leur expertise dans le domaine des pierres d’exception
Reading time 9 minutes
© Boucheron

La semaine du 20 janvier est traditionnellement décisive, en terme d’image et de commandes, pour les Maisons de Haute joaillerie parisiennes qui présentent à des clients privilégiés leurs créations uniques entre les défilés de Haute Couture. Si officiellement, les maisons ne sont pas rivales mais consœurs, on observe plusieurs effets d’annonce qui font penser que la compétition a gagné en intensité cette année. Aux cotés de maisons comme Boucheron et Chanel qui ont continué comme de coutume à exalter la virtuosité de leurs ateliers et leur richesse de leur imaginaire, d’autres maisons ont choisi de mettre en avant leur capacité à proposer les pierres les plus singulières du marché.

C'est le cas de Chopard qui pour la première fois a décidé de mettre l’accent sur son expertise dans le domaine des pierres d’exception. Caroline Scheufele, coprésidente et directrice artistique de la maison a en effet présenté cette semaine un assortiment inédit de pierres précieuses extraordinaires – quatre diamants de grade D-Flawless et D-Internally Flawless, tous de type IIA, un diamant fancy dark grey-greenish yellow, un fancy vivid yellow de 33,26 carats taille émeraude présenté non monté, une tourmaline Paraíba de 34, 63 carats : "Une étape décisive qui annonce l’âge de maturité de la Haute Joaillerie Chopard" annonce la maison. La collection Dior Haute Joaillerie a mis elle aussi ostensiblement en valeur les pierres hors normes sur des bagues toi et moi. L’univers toujours présent de Victoire de Castellane sert véritablement ici d’écrin à la présentation de spinelles rouges, de tourmalines, d’opales et de perles éblouissantes.

Mais les prises de paroles les plus spectaculaires viennent de deux maisons inattendues : Swarovski tout d’abord. Markus Swarovski est venu à Paris en personne pour présenter une vaste gamme de spectaculaire diamants de laboratoire baptisée "Swarovski Created Diamonds" : des diamants aux couleurs vives et évocatrices - "Androgyny Flamingo", "Gothic Cognac", "Heavy Metal Cherry", "Cubist Sky" - d’un certain poids, 2,5 carats pour les plus importants : une révolution pour le géant autrichien qui compte bien faire étinceler ses pierres créées pour "augmenter l’imaginaire des créateurs" au cou et au poignet d’une clientèle internationale, tout en faisant briller sa conscience environnementale. L’autre maison c’est Louis Vuitton qui a décidé de marquer les esprits en présentant – et c’est un procédé totalement inédit – un diamant brut hors norme de 1 758 carats : c’est à dire que la pierre n’est pas encore taillée ni polie. Elle le sera en fonction de désidératas des clients.

 

Louis Vuitton a partagé les risques d’un tel procédé avec le tailleur de diamant HB Company basé à Anvers, d’une part, et avec la Lucara Diamond, société canadienne propriétaire de la mine où a été extrait ce brut en avril dernier. Un pourcentage du produit total des ventes sera réinvesti dans des projets communautaires au Botswana. A titre de comparaison, Lucara Diamond avait vendu en 2017 pour 53 millions de dollars un diamant brut de 1 109 carats au joaillier anglais Laurence Graff. La pierre nimbée de carbone noir n’ayant pas révélé pour l’instant ses promesses (on ne connaitra sa pureté et son éclat qu’au moment du clivage et de la taille) ce pari constitue un quitte ou double qui atteste l’intensité de la motivation des groupes de luxe pour s’approprier un secteur en plein essor.

Chanel

Patrice Leguereau, directeur du studio de création joaillerie de Chanel a choisi de mettre en avant pour la première fois le motif du tweed, matière fétiche de Coco Chanel.

La collection, composée de 45 pièces de haute joaillerie, traduit les techniques de tissage séculaires empruntées à l’Ecosse en métaux précieux. L’or, le platine et l’onyx semblent avoir été filés à la main pour composer des motifs de torsade, de cannelure, d’échiquier. Les pierres et les perles semblent avoir été cousues plutôt que serties. Un chaîne et trame précieux et virtuose : impossible de faire plus désirable et contemporain.

Boucheron

Les huit nouveaux colliers Point d’Interrogation proposée par Claire Choisne, directrice des créations Boucheron impressionne par l’élégance de leur parti-pris : les sertis, les mises à jours et le travail du métal précieux qui illuminent un magistral collier plume de Paon constellé de diamants, sont ceux qui étaient en usage à la fin du XIXème siècle. Le volume quant à lui est très affirmé : "J’adore le volume XL de ce collier que je considère comme la mère de cette collection : il donnera le diapason aux dimensions des créations futures." Même démonstration de virtuosité que le collier Lierre de Paris dont les feuilles mouvantes, animées par un trembleur, sont serties d’émeraude (ce qui constitue déjà en soit un exploit qu’apprécieront à sa juste mesure les connaisseurs) : réinterprétation d’un collier en or blanc extrait de la collection Nature Triomphante, cette variation verdoyante offre un éventail complet des arts joailliers les plus sophistiqués.

Chopard

Chopard a ouvert les portes de son jardin de pierres rares, choisies parmi les quatre pierres précieuses à l’occasion de la semaine de la Haute Couture à Paris. Cet assortiment inédit de joyaux a été composé par Caroline Scheufele, co-présidente et directrice artistique de la maison. Aux cotés de quatre diamants de grade D-Flawless et D-Internally Flawless, tous de type IIA – le plus haut degré de pureté possible et imaginable pour un diamant - brillent notamment un spectaculaire diamant fancy vivid yellow de 33,26 carats, un saphir non chauffé de 21,04 carats, un rubis sans de pigeon taillé en poire également non chauffé ou encore une série d’émeraudes colombiennes dont la plus grosse pèse 61,79 carats. Un choix assumé : "C’est la première fois que la Maison présente simultanément autant de pierres d’une telle rareté. Une étape décisive qui annonce l’âge de maturité de la Haute Joaillerie Chopard", indique la directrice artistique.

Louis Vuitton

Louis Vuitton a décidé de marquer les esprits en présentant – et c’est un procédé totalement inédit – un diamant brut hors norme de 1 758 carats : c’est à dire que la pierre n’est pas encore taillée ni polie. Elle le sera en fonction de désidératas des clients.

Louis Vuitton a partagé les risques d’un tel procédé avec le tailleur de diamant HB Company basé à Anvers, d’une part, et avec la Lucara Diamond, société canadienne propriétaire de la mine où a été extrait ce brut en avril dernier. 5 % du produit total des ventes sera réinvesti dans des projets communautaires au Botswana.

Swarovski Created Diamonds

Markus Swarovski est venu à Paris en personne pour présenter une vaste gamme de spectaculaire diamants de laboratoire baptisée "Swarovski Created Diamonds" : des diamants aux couleurs vives et évocatrices - "Androgyny Flamingo", "Gothic Cognac", "Heavy Metal Cherry", "Cubist Sky" - d’un certain poids, 2,5 carats pour les plus importants : une révolution pour le géant autrichien qui compte bien faire étinceler ses pierres créées pour "augmenter l’imaginaire des créateurs" au cou et au poignet d’une clientèle internationale, tout en faisant briller sa conscience environnementale.

Dior

Jeu de mots autour du "toi et moi", figure de style incontournable de la joaillerie (le toi et moi est une bague faisant dialoguer deux pierres), la collection de haute joaillerie "Dior et Moi" s’articule autour de 39 pièces uniques. Si le goût de Victoire de Castellane pour l’asymétrie et les associations singulières de couleurs est bien présent, la collection se recommande principalement pour sa volonté de mettre au premier plan les pierres de prédilection de la créatrice : l’opale bien sur, mais aussi des pierres fines plus inattendues comme la tourmaline, la kunzite, la malachite, la turquoise mais aussi – et c’est un grand retour : la perle.

Articles associés

Recommandé pour vous