Mode

Dior haute couture printemps-été 2021 : Maria Grazia Chiuri donne vie aux cartes du tarot

En son temps, Christian Dior était passionné par les arts divinatoires. Aujourd'hui, à l’occasion de son défilé haute couture printemps-été 2021, présenté sous la forme d’un court-métrage exceptionnel signé Matteo Garrone, Maria Grazia Chirui lui a rendu un vibrant hommage, donnant véritablement naissance aux célèbres cartes du tarot.
Reading time 4 minutes
© Dior

Ce lundi 25 janvier 2021, la maison Dior donnait le coup d’envoi de la Fashion Week haute couture printemps-été 2021 à Paris, alors que cette dernière se déroule exclusivement en ligne et sans invité, pandémie oblige. Après avoir présenté Le Mythe Dior en juillet dernier, un court-métrage d’une beauté étourdissante réalisé par Matteo Garrone à l’occasion de la présentation de la collection haute couture automne-hiver 2020-2021, Maria Grazia Chirui, directrice de la maison, à une nouvelle fois collaboré avec le réalisateur italien, cette fois autour du Château du Tarot, un nouveau film captivant, signant la rencontre ultime entre le septième art et la mode. Dans ce film long de 15 minutes, le duo donne véritablement vie au jeu du tarot, dont raffolait Christian Dior. L’autobiographie du couturier est en effet ponctuée de rencontres souvent décisives avec des personnalités visionnaires : "Ce sera extraordinaire. Cette Maison révolutionnera la mode !" écrivait-il, tel un présage.

En ces temps incertains où le désir de se reconnecter avec l’âme du monde se fait ressentir, la directrice artistique souhaitait ainsi explorer, à travers la collection haute couture printemps-été 2021, la beauté mystérieuse et plurielle du tarot au gré d’une série de robes offrant des constructions virtuoses ; preuve manifeste que la couture demeure le territoire de l’expérimentation et du possible.

/

Les extraordinaires robes du soir évoluent ainsi en des montages abstraits : certaines proposent un corsage, véritable bas-relief ajouré, orné des dessins de Pietro Ruffo. L’artiste romain a conçu un jeu de cartes singulier dont les figures laissent apparaître l’énergie graphique des symboles. Le gris Dior se décline sur le tweed, le cachemire et l’organza composant des chemises, des jupes, des pantalons ou des capes. Sans oublier la veste Bar, revisitée en velours noir, dont les courbes réinterprétées expriment une nouvelle attitude. Matteo Garrone poursuit, par la mise en scène de ces créations haute couture, la construction d’une iconographie narrative puisant dans la puissance visuelle du tarot des Visconti-Sforza. Une voyante demande de tirer une carte dans ce jeu conçu tel un catalogue des possibles, un dictionnaire cryptique du monde. La Papesse, l’Impératrice, la Justice et le Fou sont notamment sublimés par un savoir-faire d’excellence célébrant l’art du tissage, les dentelles incrustées d’ornements peints à la main, les velours dorés animés par les signes du zodiaque que côtoient de précieux jacquards constellés d’étoiles, ou encore une cape, véritable écrin d’une esthétique en trois dimensions et aux plumes multicolores.

En plus de faire la part belle à une cinématrographie d'exception et un vestiaire symbolisant la rencontre entre la haute couture et les arts divinatoires, le film remet en question les notions de genres, une première pour la maison française. Le/la protagoniste de l’histoire incarne ainsi deux figures distinctes ; il est à la fois le symbole du masculin et du féminin. Il doit disputer diverses épreuves, surmonter différents questionnements et tentations, avant de pouvoir redevenir une seule et même unité, une synthèse capable de fusionner les qualités des deux sexes. Ce parcours initiatique, en pleine conscience, illustre la reconquête des unités perdues, loin des stéréotypes des genres. Et ça fait du bien. 

le chateau du tarot

Tags

dior

Articles associés

Recommandé pour vous