Mode

Dans l'appartement de Cyrielle Carpentier de Changy, à la tête du concept store KURE

En six ans, KURE, la boutique de Cyrielle et Maxime Carpentier de Changy, s’est imposée comme l’endroit incontournable de Bruxelles où dénicher des marques et vêtements d’exception. Rencontre avec cette fonceuse en plein cœur de Bruxelles, dans son appartement au charme évident.
Reading time 10 minutes
© François Bresmal

Girlboss, c’est le nom d’une série Netflix sortie en 2017, retraçant en 13 épisodes, le destin exceptionnel de Sophia Amoruso, fondatrice du géant de la mode en ligne Nastygal. Un parcours semblable à celui de Cyrielle Carpentier de Changy, creative director du concept store KURE, à Bruxelles. Véritable repère des filles stylées de la capitale, l’endroit a déménagé, évolué et changé, depuis son ouverture Rue Antoine Dansaert en 2013. Tout comme ses propriétaires, désormais installés sur le très chic Boulevard de Waterloo, côtoyant les géants du luxe Chanel, Dior ou Louis Vuitton. Dotée d’un style mélangeant influences scandinaves, nonchalance parisienne, et folie belge, Cyrielle habite un appartement à son image, ultra moderne et situé en plein cœur de Bruxelles. L’occasion idéale de mettre en scène son dressing bien rempli dans cet écrin semblable à un temple de la décoration d’intérieur pointue, mais aussi de poser quelques questions à cette intégriste du style, traquée par quelques 65 milles abonnés sur Instagram.

1566465642573973  mg 1365
Dans la chambre de Cyrielle © François Bresmal

Quelle est la première chose qui t’a intéressée dans la mode ?

Pouvoir jouer avec les styles et me renouveler. Je peux être plusieurs femmes différentes si je le souhaite : femmes d’affaires, active, relax… Et je trouvais que les tenues pouvaient influencer la personnalité.

Quel était ton premier gros achat mode ?

Mon sac Céline, le Trio bag, que je me suis offert avec un de mes premiers salaires.

A quoi ressemble une journée type dans ta vie ?

Je me lève assez tôt, entre 7h et 7h30. Je petit-déjeune avec un porridge, ma nourriture fétiche, je vais au sport pendant 1h, et puis je profite du fait que la boutique ne soit pas encore ouverte pour traiter tous mes e-mails, mes relations avec les fournisseurs, et alimenter mes réseaux sociaux pour la journée. Je prépare les looks que j’ai envie de partager et je communique avec mes clientes. Puis, je me rends au magasin pour la journée. Et c’est à 18h30 que ma deuxième journée commence. Je réponds à tous mes mails et je prépare le travail du lendemain. La journée se termine vers 22h30, 23h après une séance de yoga d’environ 15 minutes et un épisode de Sex and the City.

Si tu ne faisais pas ton boulot actuel, où travaillerais tu ?

Je pense que je travaillerais dans le chocolat. J’adore ça et je trouve ce produit passionnant. Soit dans la commercialisation ou le marketing. Un autre vieux rêve était aussi l’envie d’être un jour actrice. J’ai fait du théâtre assez longtemps donc j’aurais pu tenter ma chance à Paris.

Décris ton style actuel.

Il est assez minimaliste et il n’a pas changé depuis six, sept ans. J’adore les belles pièces pour upgrader une tenue plus simple. Par exemple, je vais upgrader une belle blouse en soie avec un jean destroyed. J’adore les combi, on le voit beaucoup sur Instagram, et j’aime bien un look simple mais avec les bons volumes. Comme un slim porté sur une blouse oversized ou l’inverse, un haut plutôt ajusté avec un pantalon XXL

1566465834577689  mg 1594
Une partie de sa collection de sacs griffés © François Bresmal

Quelle est la chose ou la personne qui t'inspire le plus pour le moment ?

J’adore la vibe rétro que l’on ressent dans beaucoup de marques qu’on vend notamment chez KURE. Les pantalons sont de plus en plus hauts et larges à la taille. On les resserre avec des ceintures pour une allure très années 70. Il y a aussi le tie and dye qui revient des années 90 et j’aime beaucoup cet esprit nostalgique. Ce qui m’inspire, c’est de moderniser ces pièces avec des vêtements issus des collections actuelles. Ensuite, pour répondre à la question ‘qui’, je dirais Loulou De Saison.

Jusqu’à présent, quel est le plus grand accomplissement de ta vie ?

Avoir ouvert KURE sur le Boulevard de Waterloo, la plus belle avenue de Belgique où il y a toutes les maisons de luxe. C’était un de nos objectifs, on ne pensait pas y arriver au départ, et on y est. Le matin, je me pince car je ne réalise toujours pas. Il y a un côté très magique d’être situé à côté de Chanel, Dior, Louis Vuitton etc. En revanche, habiter sur le Boulevard de Waterloo n’était pas prévu. Mais j’ai toujours vécu juste à côté de mes magasins. Quand on était à Dansaert, on habitait dans l’appartement voisin de la boutique, et quand j’étais Avenue Louise, j’habitais carrément au dessus. L’avantage avec mon appartement actuel, c’est que j’ai toujours adoré les vieilles maisons, et celui-ci, c’est un ancien hôtel particulier du 18ème siècle. On voit les moulures dans les plafonds, ce qui donne énormément de charme et il a une allure très parisienne que j’adore.

Quel est ton vêtement le plus précieux et pourquoi ?

Ma veste en cuir vintage de chez Think Twice à Bruxelles, parce qu’elle a des énormes épaulettes, elle est unique, elle a un cuir grainé et la forme parfaite. Lorsque je la porte, on me fait plein de compliments, elle est vraiment irremplaçable. Et je l’ai payé 25 euros.

Où te vois-tu dans les 5 prochaines années ?

Toujours ici, avec le même magasin, un enfant et une marque de vêtements au nom de KURE.

1566465903977275  mg 1585
Blouson en cuir vintage de chez Think Twice et bomber brodé IRO © François Bresmal

La collaboration qui te fais rêver ?

Une collab avec Elin Kling, la fondatrice de Totême. Elle a ce petit côté scandinave qui rejoint la nonchalance parisienne. Elle a un style que j’adore : minimaliste et pur.

La pièce la plus extravagante que tu aies jamais achetée ?

Mon bomber oversized en tweed avec des perles XXL sur les manches. C’est une pièce IRO assez forte, donc je la porte juste avec un jean et un t-shirt blanc. Ca change de ce que j’ai l’habitude de porter mais elle a beaucoup de cachet.

Quel est ton objet, accessoire, vêtement fétiche ?

Ma montre. Parce que je l’ai reçu de Maxime, mon mari, pour mes 30 ans. On s’était marié à l’époque et on n’avait pas le temps d’organiser un mariage digne de ce nom car on bossait trop. Pour symboliser notre amour malgré tout, il m’a offert cette montre Rolex.

Ta définition de l’élégance ?

Ne pas en faire de trop et se sentir bien dans ses fringues. On oublie le too much, et on reste dans la finesse avec une pointe de rouge à lèvres rouge.

1566465963281923  mg 1558
L'étagère à bijoux de Cyrielle, dont sa montre Rolex qu'elle ne quitte jamais © François Bresmal

Ce que tu ne pourrais jamais porter ?

Des Crocs ou un pantalon cargo 7/8ème .

L’incarnation du style à tes yeux ?

Hailey Bieber pour ses sneakers, ses blazers oversized ceinturés, ses jeans… Elle correspond tout à fait au style de KURE. J’adore l’influenceuse Mirjam Flatau aussi sur Instagram (@mija_mija).

Quel est le comble du mauvais goût ?

Vouloir porter toutes les tendances en une fois. Le jean taille haute, avec la veste oversized, le manteau logotypé, la ceinture par dessus et les Balenciaga Triple S. C’est la preuve qu’on ne sait pas s’habiller.

Le comble du luxe ?

Pouvoir sortir de chez sois en robe en satin, sandales minimalistes, collier de perles, rouge à lèvres rouge et envoyer du lourd.

Tes fournisseurs officiels ?

Chloé sans hésiter pour les accessoires et chaussures. C’est bien simple, mes chaussures préférées sont les boots Rylee de cette marque. Elles ont un talon, des boucles sur les côtés et des lacets. Je me sens hyper confiante lorsque je les porte. Il y a aussi IRO et Designers Remix.

1566466017710724  mg 1311
La vue sur le Boulevard de Waterloo depuis son appartement © François Bresmal

Pour quel vêtement ou accessoire craques-tu systématiquement ?

Les chaussures, on n’en a jamais assez. J’adore les mules et les baskets.

Quel vêtement souhaiterais-tu éradiquer ?

Le top bustier. Il coupe la poitrine et marque le pli du bras, ce qui n’est pas très joli.

Quel bijou tu ne quittes jamais ?

Ma montre.

Avec quelle personnalité de la mode aimerais-tu dîner ?

Natacha Ramsay-Levi (directrice artistique de Chloé, ndlr). J’aime son travail et sa vision.

A qui pourrais-tu emprunter son pull-over ?

Mon mari. Il a un pull col roulé IRO en cachemire gris chiné qui va très bien avec mes pantalons slim taille haute en cuir. Et même s’il ne le porte jamais, il refuse de me le prêter. Mais je le lui pique quand même.

Articles associés

Recommandé pour vous