Mode

Christina Zeller : "Delvaux fait preuve de belgitude"

Rencontre avec Christina Zeller, directrice artistique de Delvaux, à l’occasion du lancement du sac “Pin Mini Bucket”. Retour sur la saga de cette grande maison bruxelloise.
Reading time 5 minutes

Fondée en 1829, Delvaux est la plus ancienne maison de maroquinerie de luxe au monde. Fournisseur officiel de la cour de Belgique depuis 1883, elle déposa en 1908 le premier brevet et devint ainsi l’inventeur du sac à main. Puisant dans un patrimoine de plus de 3 000 modèles, la marque belge est synonyme d’exception.

Qu’est-ce qui vous a séduite chez Delvaux à votre arrivée en 2011 ?
Christina Zeller : Quand notre président-directeur général, Jean-Marc Loubier, m’a demandé de rejoindre la maison en 2011, j’ai été séduite par le fait que cette maison est une marque d’exception à dimension familiale dotée d’un héritage artistique unique. J’ai apprécié la capacité de la maison à pouvoir associer la tradition et l’innovation dans ses créations.

Quels sont les défis que vous avez relevés et quels sont ceux qu’il vous reste à relever ?
Le premier défi était de rester fidèle à l’ADN de la marque sans la réinventer mais en la réinterprétant. Nous voulions lui apporter de la modernité et de l’audace. Ensuite, il fallait faire évoluer la maison d’une notoriété uniquement belge à une notoriété internationale. Nous souhaitions aussi développer la visibilité de la maison et son pouvoir d’attraction tout en gardant une dimension exclusive.

Pouvez-vous nous rappeler l’ADN de la marque ? 
Delvaux a une élégance intemporelle et un savoir-faire d’exception. C’est une maison non ostentatoire avec un sens de l’humour si particulier à la Belgique.

/

En quoi Delvaux est une marque belge ?
Premièrement pour des raisons historiques, car la maison a été fondée en 1829, un an avant l’indépendance de la Belgique. Et puis pour son état d’esprit : Delvaux fait preuve de ce que nous aimons appeler la “belgitude”. C’est un terme qui reprend l’état d’esprit belge, à savoir une grande humilité, un sens de l’humour, un certain charme accompagné d’une douce poésie.

Ce qui rend un sac culte ?
Une forme unique, une construction particulière agrémentée d’une pièce métallique, une doublure unique et le tout dans une certaine discrétion.

Parmi les sacs stars de la marque, le “Brillant” (1958), le “Tempête” (1967), le “Pin” (1972), le “Madame” (1977) et le “Cool Box” (2018), lequel préférez-vous et pourquoi?
Le “Brillant”, parce qu’il répond parfaitement aux critères du sac culte. Une forme immédiatement reconnaissable, des lignes claires et architecturées, une simplicité sophistiquée avec une boucle reconnaissable représentant le “D” de Delvaux. D’autre part, il a été créé en 1958, mon année de naissance, et j’y attache une dimension sentimentale.

Vous lancez un nouveau sac, le “Pin Mini Bucket”. Pouvez-vous nous parler de sa forme, sa construction, sa boucle, son cuir et ses couleurs : les fameux ingrédients d’un sac Delvaux ?
Il est une déclinaison d’un modèle historique de la maison dessiné en 1972, le “Pin”, dont l’inspiration vient des mangeoires à chevaux. Son design est très particulier avec son fond incurvé et alvéolé. Plus sophistiqué en box-calf ou plus sportif en taurillon soft, il se balance à votre bras de manière ludique et impertinente. Il joue avec gaieté sur les contrastes de couleurs et les surpiqûres. Il est à la fois fonctionnel et ludique. Il peut se porter au bras ou avec sa petite bandoulière chaîne sur l’épaule.

Où puisez-vous vos inspirations ?
Elles sont multiples et sans limites, elles viennent du monde de l’art, de la peinture, de la musique, du cinéma, de mes lectures, de la photographie et encore de mes voyages. Elles viennent aussi de l’architecture avec ses lignes, sa rigueur et ses mouvements épurés. Pour le “Pin Mini Bucket”, nous souhaitions reprendre les codes de notre sac historique de 1972 tout en lui donnant un côté plus swing et désinvolte.

On dit souvent que la maison Delvaux s’épanouit dans le surréalisme, pouvez-vous nous expliquer comment ?
Le surréalisme a toujours fait partie de notre ADN. Nous venons par exemple de signer un partenariat exclusif avec la Fondation Magritte pour travailler ensemble dans l’utilisation de l’imagerie du peintre dans le domaine des accessoires. Delvaux affirme ainsi son enga- gement envers l’art et renforce ses racines belges. C’est définitivement une signature maison.

Articles associés

Recommandé pour vous