Mode

Pourquoi le smoking de Carine Gilson est le must-have de l'été 2019 ?

Coup de maître pour Carine Gilson ! Alors qu'elle est à l'honneur d'une prochaine exposition au Musée Mode & Dentelle de Bruxelles, la créatrice de lingerie célèbre les 30 ans de sa marque avec une nouvelle ligne couture composées de smokings.
Reading time 7 minutes
© Carine Gilson

Bientôt Cannes et les festivals, cette période festive qui incite à se dévoiler et invite à l’élégance. Carine Gilson, dont la maison de lingerie incarne le luxe absolu, célèbre cette année les 30 ans de sa marque, développe sa ligne couture et des smokings, destinés à devenir des pièces iconiques de nos dressings. Elle exposera bientôt son dialogue avec l’intime de la dentelle et de la soie au Musée Mode & Dentelle de Bruxelles.

Dentelle de Bruxelle

1558026941857661  dsc0840
© Carine Gilson

Comme toutes les bonnes histoires, elle commence par un coup de foudre. Carine Gilson, alors fraîchement diplômée des Beaux-Arts de Bruxelles et de l’Académie d’Anvers, est sollicitée par un petit atelier de lingerie traditionnel. Du fait de l’âge de ses propriétaires, cette manufacture artisanale arrive en fin de carrière. La jeune femme, qui vient de trouver son moyen d’expression en incrustant de la dentelle sur la soie, refuse de la laisser péricliter : elle rachète le fonds de commerce et, pendant quatre ans, apprend son métier empiriquement.

Carine Gilson a inventé la notion de lingerie couture et ouvert, depuis, trois boutiques-écrins, à l’accueil feutré et à l’architecture soignée, à Paris, Londres et Bruxelles. Pour avoir fait ses armes sur des fonds de robes, elle tenait depuis toujours la nuisette années 40 pour le comble de la féminité et visait la haute couture et l’exportation. Bruxelloise convaincue, elle a installé ses ateliers à Anderlecht et travaille pratiquement avec la même équipe de brodeuses et couturières depuis le début. C’est à la main que sont conçues ses collections qui nous feront rêver dans la discrétion de nos salons ou en plein jour si on adopte la lingerie portée en vêtement, comme les kimonos ou les longues combinaisons soyeuses, parfaites au soleil. Le cinéma plébiscite ses créations, les princesses du Moyen-Orient attendent ses trunkshows (défilés privés) avec impatience et la créatrice développe depuis quelques saisons une collection couture de robes imprimées aux motifs de maîtres flamands. Le résultat ? Des natures très vivantes.

Du déshabillé au smoking

1558026958118651  dsc0897
© Carine Gilson

"Les smokings et moi, c’est une longue histoire. Mon acception de la féminité par excellence, c’est la nuisette, et paradoxalement le smoking, hommage à Saint Laurent, avec une touche de dentelle." Cet été, Carine Gilson transcende ses paradoxes et innove avec une ligne de smokings, robes et costumes en soie de laine et incrustations de dentelle sur le col. Cette pièce emblématique des cercles d’influence au masculin est retravaillée sur base de ses déshabillés à col châle, avec une inspiration de lignes androgynes. Ce smoking est fondé sur un patron de déshabillé, transformé, mais fidèle à l’esprit lingerie couture. Une expérience enrichissante en termes de techniques et d’enseignements : "Tailleur, c’est un autre métier, avec un système d’entoilage spécifique. On doit respecter toutes les étapes de construction, c’est un processus long et étudié, alors que pour une robe du soir, c’est la matière qui guide le geste. Ensuite, on détourne la veste et le pantalon avec de la dentelle, et on respecte la souplesse, le tombé et la liberté de mouvement de la soie, pour ne pas tomber dans les archétypes des codes du costume." En cohérence avec cette pièce forte, la signature de dentelle est essentielle, posée sur le col ou en asymétrie, naissant de l’ourlet pour finir sur la poitrine. Le pantalon est fabriqué selon le même principe, avec une dentelle incrustée qui remonte le long de la jambe, pour rejoindre la veste… et la perfection.

Une dualité puissante et complémentaire

1558026967282014  dsc0862
© Carine Gilson

Carine Gilson, dont le premier smoking personnel a été un modèle Martin Margiela à manches arrachées, cultive la frontière du masculin et du féminin pour sa garde-robe à elle et pour ses inspirations. Cette collection à double message mais à l’unique couleur noire, comprend d’ailleurs une longue robe fendue, dans les mêmes matières soyeuses au tombé parfait, et un smoking trois quarts, signature du déshabillé homme, avec des coupes féminines. Ce paradoxe lingerie/androgynie, en filigrane de son univers, invite à affirmer notre masculinité et notre féminité en même temps. "J’aime le pouvoir de séduction de la femme. Chacune se sent renforcée en étant féminine et sensuelle, en portant une lingerie qui est ressentie comme un bijou de corps. Une femme qui arbore un smoking, un costume bien coupé, exacerbe son élégance, elle double sa prestance." La créatrice nous permet ainsi de choisir ce qu’on dévoile, nos facettes subtiles, parfois nos paradoxes inassouvis, la dualité de toute personnalité. "C’est un pouvoir en soi. Pour moi, un beau smoking, cela représente autant de travail qu’une robe du soir, un travail de haute couture dans des matières d’exception." Est-ce un vêtement pour tout le monde ? "J’ai pensé aux femmes actives, assez jeunes mais pas trop, qui savent et aiment s’affirmer." Le pouvoir, sans doute, mais attention, on est dans le domaine de la séduction, pas dans la revendication : l’intention est aussi subtile qu’une incrustation de dentelle. Un moyen, tout en douceur, d’exploser le baromètre des codes vestimentaires plus ou moins conscients.

Une exposition comme un voyage en métiers d’arts

1558026976358584  dsc0910
© Carine Gilson

Du 10 juillet 2019 au 19 avril 2020 au Musée Mode & Dentelle, Carine Gilson présentera bien plus qu’une rétrospective, une conversation artistique entre son travail et la dentelle de Bruxelles, qui dévoilera cinquante modèles dont certains conçus pour l’occasion. Un moment tout en culture et délicatesse, pour s’immerger dans l’artisanat de luxe : le jeu en vaut la dentelle !

Beautiful Lace & Carine Gilson, 12 rue de la Violette, 1000 Bruxelles.

Articles associés

Recommandé pour vous