Fashion Week

Pourquoi tout le monde parle de Tomo Koizumi

Avec ce créateur japonais repéré par Katie Grand, et porté par Bella Hadid ou Gwendoline Christie, la Fashion Week de New York - et la mode - auraient-elles trouvé leur nouveau génie ?
Reading time 2 minutes

Si tout ce que touche Gwendoline Christie se transforme en costume de cinéma, il fallait bien tout le génie de Tomo Koizumi pour faire voyager l'actrice dans une autre dimension. Nuage de chantilly tutti frutti, bourgeon de fleur électro... Dans le monde de Koizumi, le ruché a remplacé la crème fleurette, le volant d'organza japonais, le pétale de rose. Entre 50 à 80 mètres de tissu sont nécessaires pour la création d'une pièce. En moyenne, puisque la robe, que dis-je, la pièce maîtresse portée par Gwendoline Christie (ci-dessous) compte 200 mètres d'organza rose bonbon, menthe à l'eau ou jaune poussin. Onirique, opératique, tendant vers la couture... Le travail de Tomo Koizumi évoque par ses accents "pop" ceux des pionniers du nouveau maximalisme, Matty BovanMolly Goddard, Rachel Burke ou encore Kevin Germanier

Des pétales néon se greffant sur des robes boule. Des t-shirts à imprimé "Statue de la Liberté". Des plastrons cœur en référence à Sailor Moon. Katie Grand, qui propose au Japonais de défiler à New York sur les conseils du créteur Giles Deacon, a flairé le phénomène. Un coup de fil à Marc Jacobs plus tard, un autre au coiffeur Guido Palau, à la make-up artist Pat McGrath, et quelques appels du pied à Rowan Blanchard, EmRata, Bella Hadid et Gwendoline Christie...  Alea Jacta EstTomo Koizumi défilait donc pour la première fois dans la boutique Marc Jacobs de Madison Avenue, le vendredi 8 février 2019. Costumier de formation, le Japonais a lancé sa marque en 2012 tout en poursuivant ses activités dans l'entertainment à Tokyo. En 2016, il habillait Lady Gaga d'une robe de ballet déstructurée... La diva a souvent bon nez. 

www.tomo-koizumi.com

Articles associés

Recommandé pour vous