Fashion Week

La Fashion Week de New York est-elle devenue ringarde ?

Ce mercredi 6 février 2019 avait lieu le coup d’envoi de la Fashion Week automne-hiver 2019-2020 à New York avec le défilé Tom Ford, l’un des derniers noms prestigieux à figurer à son calendrier. Serait-elle alors en passe de devenir ringarde ?
Reading time 4 minutes
Tom Ford automne-hiver 2019-2020 © Amber De Vos/Getty Images

En six mois, la Fashion Week de New York a perdu un nombre conséquent de têtes d’affiche. Raf Simons, à la tête de Calvin Klein, a finalement quitté la maison américaine, moins de deux ans après son arrivée. Le designer belge avait pourtant redonné de la légitimité à l'événement new-yorkais, proposant des défilés aux collections abouties, sans oublier ses décors spectaculaires. On pense notamment au fameux catwalk recouvert de pop corn. Et le belge n’est pas le seul à manquer à l’appel. Victoria Beckham aussi a déserté la NYFW, dévoilant désormais ses collections lors de la Fashion Week de Londres, dans son pays d’origine. Rodarte, autre nom marquant de la grand-messe de la fashion, a présenté mardi 5 février son défilé automne-hiver 2019-2020 à Los Angeles, soit la veille du début officiel du Fashion Month. Monse, Rihanna, Tommy Hilfiger, Zac Posen, Alexander Wang, Thom Browne ou encore Altuzarra s’ajoutent, eux aussi, aux noms manquant à l’appel ces dernières années. Même son de cloche du côté des designers streetwear, dont le style est pourtant associé à la ville de New York. Virgil Abloh et sa marque Off-White, Public School ou Hood By Air… Aucun d’eux n’est présent.

Seuls noms à "sauver" la réputation de la Fashion Week new-yorkaise : Ralph Lauren, qui a pourtant connu de gros soucis financiers ces dernières années, Jeremy Scott, Prabal Gurung, Proenza Schouler, Coach, Michael Kors et Marc Jacobs, qui n’hésitent pas à faire appel aux célébrités les plus influentes, supposées garantir un buzz immédiat de l’événement. "La Fashion Week de New York relève plus du business que de la création depuis longtemps déjà", regrette ainsi Eugene Rabkin, éditeur du magazine StyleZeitgeist. "Ce que je trouve insidieux, c'est que les organisateurs ont décidé d'accepter cette réputation de faire du sportswear sans relief plutôt que la mode créative."

Le renouveau pourrait-il alors venir des marques misant sur la diversité ? C'est probable. Il n’y a qu’à penser au show organisé par 11 Honoré en ce début de Fashion Week new-yorkaise. Le concept store américain n’a pas hésité à briser les codes, dévoilant un défilé mené par l’actrice trans Laverne Cox, entourée de tops plus size, noirs et blancs. Sur Instagram, le buzz a été instantané. Le puissant syndicat américain de la mode, le CFDA tente d’ailleurs de multiplier ce type d’initiatives afin de moderniser l’événement. Le calendrier mélange désormais défilés homme et femme, tout en mettant l’accent sur la diversité tant du côté des mannequins que des designers, mais aussi sur la mode éco-responsable. Des initiatives insuffisantes pour Eugene Rabkin, qui estime que ce qui manque réellement, c’est plutôt le soutien financier suffisant à la création, que ce soit du CFDA ou de la ville de New York.

Articles associés

Recommandé pour vous