Fashion Week

Que retenir du défilé Gucci automne-hiver 2019-2020 ?

Bas les masques chez Gucci, où Alessandro Michele explorait par le menu la dualité de l'être et du paraître.
Reading time 2 minutes
© Daniele Venturelli/Getty Images

LA MISE EN BOUCHE

Une caisse en bois brut, une inscription en alphabet grec... Ce matin, à Milan, l'archéologue Alessandro Michele faisait livrer à ses invités un masque blanc aux traits d'Hermaphrodite. Dans la mythologie grecque, le fils d'Hermès et d'Aphrodite est l'archétype de l'androgyne. 

L'ATMOSPHÈRE

L'invitation laissait présager un remake de la Croisière aux Alyscamps à Arles. Que nenni ! Gucci défile dans son "Hub", via Mecenate, mu en palais des glaces nouvelle génération. 120 000 lumières LED s'y superposent à un catwalk de 100 mètres de long, entièrement tapissé de miroirs. 

LE PLAT DE RÉSISTANCE

Des masques, il y aura eu. Certains archaïsants, en référence au travail de l'artiste Eduardo Costa dans les années 1960. D'autres punks, Kubrickiens ou encore circassiens, toujours portés en décalage - comme pour souligner que soi est toujours un autre...

Plus généralement, l'hybridité viscérale de Gucci par Michele prend appui sur un tailoring 1970-1980, auquel se frottent des topoï anachroniques : le brocart de Marie-Antoinette, le jabot et les facettes d'Arlequin, le harnais de Siouxsie Sioux, les protège-tibias d'Hercule... ou les genouillères de M'Bappé. Mélange d'époques, de styles... une même fluidité dans le genre boucle la boucle de ce automne-hiver 2019-2020.  

Gucci Fall Winter 2019 Fashion Show

Articles associés

Recommandé pour vous