Art & Culture

Pourquoi y a-t-il tant de violence à l'égard des femmes à la télévision ?

Après le tollé suscité par la nudité copieuse de la série "Euphoria", il est temps de se demander qui ressent la douleur à la télévision et pourquoi.
Reading time 16 minutes

Cet article aborde des sujets lourds, notamment les abus, la violence sexuelle, etc. Veuillez arrêter de le lire si l'un de ces thèmes peut potentiellement vous perturber.

Lorsque la saison 2 d'Euphoria a été diffusée au début de l'année 2022, de nombreux fans ont commencé à exprimer leur mécontentement quant à la quantité de nudité présente dans la série à succès de HBO Max. "Je suis en train de tripper, ou la nudité dans Euphoria cette saison est extrêmement excessive... c'est un peu rebutant ? Je ne comprends vraiment pas à quoi cela sert", a écrit un utilisateur sur Twitter. Ces critiques ont déclenché une conversation plus large sur la violence et les traumatismes présents dans une série comme Euphoria et sur la nécessité de couper les scènes sensibles. Cependant, les acteurs de la série, dont Zendaya, lauréate d'un Emmy, ont clairement indiqué que les spectateurs devraient regarder la série avec prudence. "Je sais que je l'ai déjà dit, mais je tiens à répéter à tout le monde qu'Euphoria est destiné à un public adulte", a-t-elle déclaré dans un post Instagram. 

1649320503061847 1649198531 violence against women on tv 2
Alexa Demie est Maddy Perez dans "Euphoria."

Les deux points ont de la valeur, mais malgré les critiques de ces mêmes thèmes au début des années 2000-2010, la nudité excessive et la violence contre les femmes à la télévision et au cinéma ont persisté. Nous continuons à voir principalement des femmes contraintes à des circonstances horribles pour choquer le public ou créer une attraction en ligne. Personne ne plaide pour la censure, mais il est temps de demander aux scénaristes et aux réalisateurs : pourquoi ? Qu'est-ce que cette scène violemment graphique ajoute à la conversation plus large sur les abus ou les traumatismes sexuels ? En quoi cela contribue-t-il à l'intrigue au lieu de favoriser le male gaze ? Où faut-il fixer la limite ?

1649320545963076 1649198557 violence against women on tv 3
Emilia Clarke est Daenerys Targaryen dans "Game of Thrones."

La façon la plus simple de répondre à cette question est d'expliquer ce qu'il ne faut pas faire. Par exemple, la série Game of Thrones de HBO est l'une des séries dramatiques fantastiques les plus populaires de tous les temps, avec une audience moyenne de plus de 18 millions de téléspectateurs sur huit saisons. Dans le premier épisode, le personnage d'Emilia Clarke, Daenerys Targaryen, est montrée nue et rapidement vendue à un homme nommé Khal Drogo, qui la viole à l'écran. Targaryen est une adolescente lorsque ces événements se produisent et tombe ensuite amoureuse de Drogo, perpétuant ainsi l'idée que le viol peut mener à l'amour. Dès le début, son personnage est sexualisé et sa nudité est utilisée comme "sexposition" pour maintenir l'intérêt des spectateurs. 

1649320582971180 1649198565 violence against women on tv 4
Sophie Turner est Sansa Stark dans "Game of Thrones."

Dans la saison 4, les fans ont été outrés lorsque Game of Thrones a ajouté une autre scène de viol inutile pour le plaisir de choquer. Le réalisateur Alex Graves a commenté la scène dans laquelle Jamie viole sa sœur Cersei, en la justifiant par le fait qu'elle était "consensuelle à la fin". Cette réponse indique un problème plus important avec l'environnement toxique des salles d'écriture dominées par les hommes, où il est rare qu'une sorte de commentaire critique s'infiltre.

Dans la saison 5, nous voyons le mari de Sansa Stark (jouée par Sophie Turner) commettre le même acte, forçant un personnage tertiaire à regarder. "Vous avez grandi avec elle en tant que fille. Maintenant, regarde-la devenir une femme", dit son mari. Cette scène gratuite ne faisait pas partie de la série de livres dont le show s'inspire et était particulièrement difficile à regarder car les spectateurs sont davantage concentrés sur le personnage qui doit regarder cet acte violent que sur la douleur que Sansa endure.

Qu'est-ce que ces scènes apportent d'autre que l'exploitation du male gaze pour une audience plus importante ? Quelqu'un est-il inconscient de la violence à laquelle les femmes sont confrontées quotidiennement ? Des personnages féminins ont-ils été développés grâce à ces scènes ? Avions-nous besoin de voir une autre femme être violée à l'écran ? La réponse à toutes ces questions est non. 

1649320620681741 1649198573 violence against women on tv 5

Les défenseurs de la série diront qu'il s'agit d'une représentation réaliste de l'époque médiévale ou de la guerre, mais cet argument est aussi paresseux que faux. Si les créateurs de la série étaient réellement soucieux de réalisme, ils ne montreraient pas exclusivement la violence contre des femmes conventionnellement attirantes à travers un regard masculin. Des hommes et d'autres prisonniers de guerre ont également été victimes de cette forme d'abus sexuel, mais Game of Thrones s'abstient de montrer de telles scènes, probablement parce que leur public majoritairement masculin ne trouverait pas cela attrayant. 

Dans une interview de 2019, Emilia Clarke a révélé qu'elle était mal à l'aise avec la nudité excessive écrite dans les scripts de Game of Thrones : "J'ai déjà eu des disputes sur le plateau où je disais : 'Non, le drap reste en place', et on me répondait : 'Vous ne voulez pas décevoir vos fans de Game of Thrones'. Et je leur ai dit : "Allez vous faire foutre".

L'actrice Jessica Chastain a parfaitement résumé la situation en 2018 lorsqu'elle s'est exprimée contre le récit selon lequel les scènes d'exploitation ou de violence "aident" les femmes.

Ensuite, il y a la propension du scénariste, réalisateur et producteur d'Euphoria, Sam Levinson, à ajouter une nudité excessive dans des scènes aléatoires, dans le but de créer une valeur choc. Beaucoup ont souligné l'étrange fascination de Levinson pour la représentation d'adolescents faisant l'amour à l'écran, notamment en ce qui concerne les personnages de Kat et Cassie. Bien que tous les acteurs soient adultes, les spectateurs sont toujours mal à l'aise à l'idée de voir autant de nudité dans le cadre d'un lycée. 

1649320783191941 1649198583 violence against women on tv 6
Sydney Sweeney est Cassie Howard dans "Euphoria."

Si des hommes sont également montrés nus tout au long de la série, des acteurs masculins reconnus comme Eric Dane reçoivent des prothèses à porter pendant leurs scènes de nudité, tandis que d'autres actrices principales se dénudent devant la caméra, souvent sans autre raison qu'un montage dramatique. Peu importe la beauté de la prise de vue : lorsqu'elles sont filmées à travers l'objectif du male gaze, ces séquences ont quelque chose de fondamentalement dérangeant.

Sydney Sweeney, qui joue le rôle de Cassie Howard, a récemment confié qu'elle avait dû dire à Levinson de couper certaines scènes de seins nus dans le scénario. "Il y a des moments où Cassie était censée être torse nu, et je disais à Sam, 'Je ne pense pas vraiment que ce soit nécessaire ici'. Il m'a dit : 'OK, on n'en a pas besoin'", a-t-elle déclaré. "Je n'ai jamais eu l'impression que Sam m'a poussée à le faire ou qu'il essayait d'obtenir une scène de nu dans une série de HBO. Quand je ne voulais pas le faire, il ne m'y obligeait pas."

1649320840860988 1649198591 violence against women on tv 7
Minka Kelly est Samantha dans "Euphoria."

Il pourrait être facile d'ignorer ce problème s'il ne s'agissait pas d'un modèle de comportement clair. Par exemple, lorsque le personnage interpété par Minka Kelly, Samantha, est présenté cette saison, on lui a demandé de défaire sa robe et de la faire tomber sur le sol. "J'ai dit : 'J'adorerais faire cette scène, mais je pense que nous pouvons garder ma robe", a déclaré Kelly à Vanity Fair. "Levinson a dit : "OK !" Il n'a même pas hésité. Et il a tourné une scène magnifique et a obtenu exactement ce qu'il voulait". Il est vital que les actrices se soient senties écoutées, mais cela en dit long aussi sur le fait qu'elles aient dû demander que ces scènes soient coupées en premier lieu. Peut-être que si Levinson avait une salle d'écriture avec des voix féminines diverses, les actrices d'Euphoria n'auraient pas à poser leurs objections à une objectivation constante.

1649320882464733 1649198599 violence against women on tv 8
Nate Jacobs menace Maddy Perez d'une arme dans "Euphoria."

En outre, le personnage de Maddy Perez (Alexa Demie) et son traumatisme ont également été un point de discorde avec les fans depuis la saison 1. Alors que l'intention de Levinson était de brouiller les lignes entre l'amour et la douleur avec la relation de Maddy avec Nate Jacobs (Jacob Elordi), cela a évolué vers une forme de trauma porn. L'agression physique qu'elle a subie dans la première saison était difficile à digérer, mais la deuxième saison a utilisé et maltraité Maddy sans raison apparente.

Dans l'épisode 5 de la saison 2, Nate menace Maddy d'une arme pour l'effrayer afin qu'elle lui donne un CD ; il joue à la roulette russe sur lui-même et continue à appuyer sur la gâchette alors qu'elle sanglote. La scène se termine avec Nate qui rit et la laisse seule dans sa chambre pour pleurer. La série ne montrera pas comment cet événement affecte Maddy à long terme, ni si elle traite son traumatisme. Une fois de plus, la douleur qui lui est infligée semble sans but et superficielle - destinée à susciter des tweets viraux et rien de plus.

1649321001485960 1649198610 violence against women on tv 9
Michaela Coel est Arabella Essiedu dans "I May Destroy You."

I May Destroy You, de Michaela Coel, est un parfait exemple de narration nuancée concernant les abus sexuels et les traumatismes. La série s'articule autour du personnage d'Arabella, qui vit l'horreur d'être droguée et violée, et la suit alors qu'elle se souvient lentement de son agression. La mini-série est basée sur l'expérience personnelle de Coel et a été saluée par la critique pour ses conversations sur le consentement. Michaela Coel centre sa série sur les femmes noires, les immigrants et la communauté LGBTQ+, et au lieu de faire voir des scènes extrêmement violentes avec désinvolture, elle remet en question ces événements et demande aux téléspectateurs de faire de même. I May Destroy You montre qu'il est possible de faire une série critique sur les abus sexuels et les traumatismes sans exploiter une femme pour faire de la publicité. Le message est important. Le point de vue compte. La nuance est importante. 

1649321042340350 1649198621 violence against women on tv 10
Kaitlyn Dever est Marie Adler dans "Unbelievable" (disponible sur Netflix).

La série Unbelievable disponible sur Netflix, est un autre exemple de la manière dont les showrunners peuvent dépeindre avec délicatesse les abus sexuels et le stress post-traumatique. Basé sur l'histoire vraie de Marie, une femme qui a été violée et qui s'est rétractée par la suite, Unbelievable explore le traumatisme et la nature insidieuse de la façon dont les crimes sexuels sont traités. Plus important encore, la série montre ces événements du point de vue d'une femme. Unbelievable n'a pas suivi la voie habituelle de la plupart des séries sur les crimes réels, qui se concentrent sur les enquêteurs, les procureurs et les auteurs. Au lieu de cela, nous vivons ces événements à travers les yeux de Marie. 

1649321091969666 1649198628 violence against women on tv 11
Aisling Franciosi est Clare Carroll dans "The Nightingale."

La série a suivi le même schéma que le film The Nightingale de 2018, qui suit Clare, une prisonnière de guerre irlandaise en Tasmanie, alors qu'elle se lance à la recherche de l'homme qui l'a violée. La scène de viol du film au début est brutale, violente et dérangeante, ce qui a poussé de nombreux spectateurs australiens à quitter les projections avec dégoût. Cependant, à la différence de nombreuses scènes de Game of Thrones, la réalisatrice Jennifer Kent ne se concentre pas sur la peau exposée, mais la caméra ne fait qu'un panoramique sur le visage de Clare, dont on voit la peur, la tristesse et finalement l'engourdissement face à l'agression. Les prises sont longues, et Kent a été critiquée pour cela.

"Lorsque nous parlons des dégâts réels de la violence sur les gens, je voulais être très respectueuse et mettre le public dans la peau de la personne qui la subit", a déclaré Kent en réponse aux critiques. "N'est-il pas intéressant de constater que voir une femme dans ce genre de douleur émotionnelle met les gens plus mal à l'aise que la violence graphique et insensée ?". Kent s'insurge contre le statu quo qui veut que les scènes de viol soient tournées comme des scènes de sexe. "En étant obligé de le vivre à travers les yeux de Clare, à travers l'expérience de Clare, on se rend compte que ça n'a rien à voir avec le sexe. C'est un acte de pouvoir et de violence destructeur, humiliant et tout simplement horrible, et ses victimes vivent avec le traumatisme et le PTSD (syndrome de stress post-traumatique) pendant des années."

1649321149550781 1649198635 violence against women on tv 12

Une bonne représentation et un traitement délicat de sujets intenses sont possibles. Mais les showrunners doivent réfléchir honnêtement à la finalité de ces scènes. La surabondance de violence et de nudité programmée pour les personnages féminins, et la conflagration des deux, est souvent plus une question de valeur choc ou de satisfaction d'un groupe démographique spécifique qu'une question de narration honnête de l'expérience féminine.

Lorsque Michaela Coel a créé I May Destroy You, elle a comblé une lacune dans la télévision concernant les expériences des personnes non-blanches en matière d'agression sexuelle et de consentement. Lorsque Unbelievable a été diffusée, la série s'est concentrée sur les failles du système de justice pénale et le manque de soins pour les femmes victimes. Derrière chaque scène de ces projets se cachait l'intention de susciter ou de prolonger les conversations sur les agressions sexuelles et les traumatismes féminins. À toutes les séries qui n'ont pas cette intention derrière leurs scènes violentes : nous ne voulons plus vous voir. 

Tags

serie

Articles associés

Recommandé pour vous