Art & Culture

Monopoly des milliardaires à Hollywood : les 9 secrets du nouveau palais de Jeff Bezos

Le 12 février, le patron d’Amazon Jeff Bezos a acheté pour la somme record 165 millions de dollars une propriété à ajouter à sa collection immobilière impressionnante : l’historique "Warner Estate", construite dans les années 30 par Jack Warner, un des premiers nababs d’Hollywood. Bienvenue dans le Monopoly géant pour milliardaires.
Reading time 7 minutes
L'entrée de la "Warner Mansion"

Pendant quelques mois, Jeff Bezos et sa nouvelle compagne Lauren Sanchez ont fait leur shopping pour acquérir une nouvelle maison à Los Angeles avec un budget "no limit." Les propriétés de ce type (plus de 100 millions d’euros) à vendre en Californie se comptent sur les doigts d’une main. La plupart étant destinées aux multimilliardaires, les annonces de ce type ne sont même pas rendues publiques. Et pourtant cet achat n’aura même pas éraflé le patrimoine de Bezos estimé à 130 milliards de dollars.

 

"Succession" enfoncé

Le dernier record en Californie était détenu par le fils de Rupert Murdoch, Lachan (dont l’histoire familiale compliquée a partiellement inspiré la série de HBO Succession) qui avait acheté 150 millions de dollars en décembre 2019 le manoir Chartwell à Bel Air, qui avait servi de décor dans les sixties à la série  the “Beverly Hillbillies.”

Hollywood Story

Pour le "Warner Estate", une villa de presque 1270 m2, sur Angelo Drive, dans le Benedict Canyon à Beverly Hills, c’est toute l’histoire du septième art qui est présent dans ses murs. Producteur légendaire, Jack Warner président de la Warner Bros. pendant près d’un demi siècle, a bâti sa fortune immense dès les années 20. Il achète la propriété en 1929 et sa première femme, Irma, y fait bâtir une maison d’architecture de style espagnole, dans le goût de l’époque. En 1935, il quitte sa femme pour se remarier avec Ann Page, qui fait plus ou moins raser la demeure de son ancienne rivale pour y construire la maison de ses rêves, inspirée par les villas néoclassiques grandioses qui florissaient dans le sud des Etats-Unis avant la Guerre de Sécession. Elle engage le gratin des décorateurs d’intérieur d’Hollywood qui lui concoctent un intérieur royal avec meubles d’époque et papiers peints du XVIIIème. Jusqu’à la fin des années 60, Warner y invitera le tout Hollywood  - Marilyn Monroe, Errol Flynn, Elizabeth Taylor, Frank Sinatra, Judy Garland, Paul Newman et même Albert Einstein - à des fêtes somptueuses mais très privées.

L’ère Geffen

En 1990, après la mort de la veuve de Warner, la maison est achetée par le magnat de l’industrie du disque et co-fondateur des studios Dreamworks David Geffen pour 47.5 millions de dollars (un record à l’époque pour une maison résidentielle aux USA). Pas convaincu dans un premier temps, Geffen fait une deuxième visite avec son ami Steven Spielberg, qui en cinéphile fou est subjugué par le passé de la maison. Geffen vend néanmoins aux enchères tout le mobilier qu’il juge un peu vieillot de la maison qui lui rapporte 11 millions de dollars. Tout sauf…

Un plancher historique

Le plancher d’un des salons est néanmoins préservé : il aura été le témoin de la demande en mariage de Napoléon à Joséphine en 1795. Vrai ou manipulation de l’antiquaire ? Dans le doute, "imprimons la légende" et gardons le plancher.

Dynasty

L’entrée à la Dynasty

Tout aussi spectaculaire et pas forcément dans le bon sens du terme, l’entrée de la maison qui évoque irrésistiblement le générique de la série vintage Dynasty (voir ci-dessous). Même si aux dernières nouvelles, Bezos conduit toujours une Honda Accord de 1996, achetée 4 000 dollars. Le luxe n’est plus ce qu’il était.

La salle de projection

Luxe cette fois indispensable, on imagine que Geffen avait aussi sauvegardé la salle de projection de Jack Warner. Ornée évidemment de colonnes grecques avec des panneaux qui glissaient en révélant l’écran quand on actionnait la tête d’un bouddha. En toute simplicité.

La piscine : shopping suite et fin

La propriété comporte évidemment un cours de tennis, de multiples bungalows et garages et une piscine spectaculaire. Et quelques jours après avoir vendu cette propriété près de quatre fois le prix auquel il l’avait achetée, Geffen aurait tout de suite acheté un autre genre de piscine : "The Splash" (1966), un des tableaux iconiques de David Hockney, pour 30 millions de dollars à une vente aux enchères à Londres. Ce qui rend l’histoire étonnante, c’est que Geffen avait déjà possédé ce tableau et l’avait vendu en 1985, selon le catalogue de Sotheby’s. Il avait par la suite été acheté en 2006 par le milliardaire hongkongais Joseph Lau (aujourd’hui fugitif pour fraude) pour près de 3 millions de livres sterling. Quand on aime (et qu’on regrette un tableau), on ne compte pas.

Le petit bonus à 90 millions de dollars

Cette semaine-là, Jeff Bezos, ne s’est pas limité à acheté la propriété Warner : sa société Bezos Expeditions (qui contrôle notamment le Washington Post et sa fondation de charité) a acheté un terrain de 50 hectares toujours à Beverly Hills pour 90 millions de dollars, surnommé "la Colline enchantée" (Enchanted Hill) vendue par le co-fondateur de Microsoft Paul Allen.

 

Mais la Terre reste gagnante…

Une annonce fracassante a vite suivi ces achats (trop médiatisés ?) : Jeff Bezos créé le Bezos Earth Fund, son plus gros investissement philanthropique à ce jour, doté de dix milliards de dollars (soit 7,7% de son patrimoine) pour lutter contre les effets du réchauffement climatique. On est rassurés (?) : même si Bezos a tout pour jouer au méchant dans un James Bond, il se positionne publiquement avec ce fonds du côté des sauveurs de l’humanité.

Articles associés

Recommandé pour vous